Pascale Arnaud : une photographe à suivre

A seulement 23 ans, Pascale Arnaud est une photographe a l’identité unique et bien affirmée. Depuis sa victoire au prix Picto en octobre dernier, elle a pu profiter de plusieurs opportunités et pourra notamment exposer une de ses séries dans une galerie parisienne. Un tournant dans la carrière de la jeune femme.

La simplicité. Rien ne décrit mieux Pascale, une jeune photographe tout droit venue d’Aix-en-Provence, qui dissimule ses yeux derrière une frange auburn. Vêtue d’un pantalon gris et d’un pull à coll roulé noir, elle sirote un thé au lait, assise à la terrasse d’un café parisien, en évoquant ses photos. A seulement 23 ans, la jeune femme vient de recevoir le prix Picto et ne compte pas s’arrêter là. Première expo solo, projet de vidéo 360… l’agenda 2018 est déjà bien rempli. Des photos à son image : tout en sobriété et en féminisme avec un goût prononcé pour la mode. « Je me suis dirigée vers la mode parce que ça regroupait toutes les passions que j’avais dans la photo, réaliser des images belles et esthétiques mais aussi photographier des gens. » Malgré son apparence humble, elle peut aussi se révéler bien plus audacieuse. Selon Emilie Matricon, une amie, Pascale est une femme libre et détachée qui ne prend jamais les choses trop au sérieux. Cependant, dès qu’il s’agit de photographies, elle devient exigeante et minutieuse. « A travers ses photos, j’ai l’impression que c’est une autre facette d’elle qui ressort à la fois perfectionniste, plus mûre et réfléchis. », explique Emilie.

Pascale Arnaud - Emerging Adulthood

Crédit : Pascale Arnaud

Pascale considère que le plus important est d’avoir une identité. Cela se fait principalement grâce à la maîtrise des couleurs, des lumières mais aussi des poses des mannequins qu’elle esquisse avec un sourire complice. Pour la photographe, la construction d’un univers s’est faite naturellement. « Ce qui est bien quand on est photographe de mode, c’est d’avoir son identité et surtout, qu’on nous reconnaisse. Pour moi, ça a été instinctif. » C’est cet instinct qui lui a permis de remporter le prix Picto, récompensant les jeunes talents de la photographie. Elle y a présenté « Emerging Adulthood », une série auto-biographique qui sera bientôt exposée à Paris.

 

Crédit : Pascal Barras

Emerging Adulthood

Dès le mois de janvier, les amateurs de photographies pourront découvrir ses clichés à la Fisheye Gallery. Il s’agit de sa première exposition individuelle qui portera sur l’émergence de l’âge adulte. Emilie, qui a posé pour cette série, est revenue sur son originalité et sur la vision de Pascale : « Dans la série Emerging Adulthood, le but était de photographier des gens qu’elle connaissait et pas des mannequins commerciaux avec des physiques parfaits. » C’est un sujet qui la touche beaucoup puisqu’elle même se trouve dans cette période où il est parfois difficile de se comprendre ou même, de s’accepter. La jeune femme traduit ce moment par des photos en noir et blanc, simples mais efficaces, de corps qui se découvrent et qui apprennent à se connaître.

Pascale Arnaud - Emerging Adulthood

Crédit : Pascale Arnaud

Si le prix Picto lui permet d’exposer ses oeuvres, il lui a offert bien plus encore. « Ca m’a apporté deux choses : de la visibilité, ce que je n’avais pas du tout il y a quelques mois encore et un gros coup de boost au morale ! » C’est aussi l’opportunité de trouver ses premiers acheteurs. « Personne n’a jamais acheté mes photos, mais maintenant, ça pourrait être le cas pendant l’exposition, puisque la Fisheye Gallery a une base d’acheteurs. » En attendant ses premières ventes, la jeune femme profite du rayonnement des réseaux sociaux pour faire connaître ses séries aux amateurs de mode.

La génération 2.0

Instagram est un véritable outil de travail pour Pascale. Elle y partage ses photos et y propose un accès direct à son site. « Je fais partie des nouvelles générations. On passe notre temps sur Instagram et on est inspiré par tout, même par des photographes dont on ne connaît pas le nom. ».
Sur Twitter, c’est la directrice des Gobelins, Nathalie Berriat, qui la soutient, même depuis la fin de ses études.

https://platform.twitter.com/widgets.js

Pascale sera aussi bientôt présente sur Youtube puisqu’elle y postera sa première vidéo de mode. « J’ai un projet de vidéo en 360°. Tu peux voir en haut, en bas, tout autour de toi et tu as l’impression d’être dans la vidéo. C’est intéressant et on a envie d’innover. Ca va être un vrai court métrage. » La photographe s’adapte aux nouveaux formats numériques mais également, aux sujets d’actualité. Certains d’entre eux lui tiennent à cœur, tel que le féminisme et la question du genre. On retrouve ces thèmes dans ces photos comme si elle y avait dispersé une petite part d’elle, tel un puzzle grandeur nature où il suffirait d’assembler les pièces pour la retrouver tout entière ; elle, Pascale Arnaud, avec son thé au lait, son sourire complice et ses photos en noir et blanc.

 

Hannah Phillipson et Anne Aumont

 

Écrit par IEJ3DWEB