C’est un des arguments avancés par les «pro 2024» : une opportunité pour l’accessibilité et la visibilité des personnes handicapées. Avec de telles perspectives pour le handisport, Paris se place en candidate pour des jeux olympiques… et paralympiques.

Le rapport affirme que cette candidature pourrait «changer le quotidien et la place des personnes en situation de handicap». Il explique également que «les différents aménagements dans les transports pour les personnes à mobilité réduite – qui avaient été prévus dans le cadre de la candidature de Paris 2012, et qui n’ont pas été réalisés depuis, seraient relancés.» De nouveaux dispositifs seraient même  mis en vigueur.

D’ici 2020, la ville investira plus de 74 millions d’euros dans la mise en accessibilité des établissements municipaux, scolaires, équipements culturels et sportifs. Et ce seront plus de 200 millions d’euros qui seront consacrés à la mise en accessibilité de Paris.

Pour Jean-Louis Garcia, président l’APAJH (Association pour Adultes et Jeunes Handicapés), présent lors de la remise de ce rapport, «c’est la première fois que des associations de personnes handicapées sont pleinement associés à ce projet. Cela n’avait pas été le cas lors de la précédente candidature pour Paris 2012, et pourrait être en effet un fabuleux facteur d’accélération pour la mise en accessibilité de l’Ile-de-France.»

Après les Jeux de Londres en 2012, 81% des Britanniques estimaient qu’ils avaient eu un impact significatif pour la perception et la prise en charge des personnes à mobilité réduite. Notamment grâce à la campagne britannique de promotion autour des Jeux de Londres sur le thème «meet the superhumans», qui a contribué à l’amélioration de l’image du handicap, où la performance prime sur la déficience. De nombreuses infrastructures ont d’ailleurs bénéficié de travaux d’accessibilité. À noter également que 2,7 millions de tickets ont été vendus pour les épreuves paralympiques, certaines chaînes britanniques ont même réalisé leur record d’audience avec 11,2 millions de téléspectateurs, comme cela a été le cas pour «Channel 4».

L’étude de faisabilité a été rédigée avec beaucoup d’acteurs, notamment avec le Comité Paralympique et Sportif Français (CPSF), et le Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF). C’est en juillet que les dossiers de candidature doivent être déposés. Mais la maire de Paris, Anne Hidalgo a fait savoir qu’à «la fin du mois de mars, [elle soumettra] la décision de candidature aux 20 conseils d’arrondissement, et en avril au Conseil de Paris».

 

Philippine Martinez

 

Écrit par jackson