Ce vendredi s’ouvrent les pourparlers de paix en Syrie parrainés par l’ONU. L’objectif est de mettre fin au conflit qui a déjà fait 260 000 victimes. L’opposition syrienne a annoncée hier soir qu’elle ne ferait pas le déplacement à Genève.

Pourquoi l’opposition est absente?

Si l’opposition syrienne n’a pas répondu présente, il n’est pas exclue qu’elle rejoigne la table des négociations plus tard sachant que les discussions devraient durer six mois. Néanmoins un point de blocage perdure. Les opposants de Bachar El Assad ne conçoivent pas de s’engager dans les pourparlers alors que la Russie et le régime du président syrien poursuivent leurs opérations militaires.

De qui est composé l’opposition?

L’opposition s’est constituée à Ryad en décembre 2015 et est légitimée par l’Arabie Saoudite. Elle est composée d’importantes factions armées. Les Kurdes n’ayant pas été invités en Arabie Saoudite ont, de fait, été exclus de l’opposition.
Quels sont les désaccords?

Sur le plan politique les désaccords perdurent. Les opposants au régime réunis à Ryad sont soutenus par les occidentaux, l’Arabie Saoudite et la Turquie. Ils disent représenter l’ensemble de l’opposition mais excluent les Kurdes des discussions actuelles afin de conserver le soutien d’Ankara. En effet les relations entre la communauté Kurde et le pourvoir turc se s’ont considérablement tendu.

Emilien Vinée

Écrit par Emilien Vinee