Otages de Daesh, le Japon demande de l’aide à la France

L’Etat Islamique a publié une vidéo mardi 20 janvier. Un djihadiste menace de tuer deux journalistes japonais agenouillés à ses côtés. Il réclame une rançon de 200 millions de dollars. Le gouvernement japonais a 72 heures pour régler la somme sinon, les deux otages seront tués.

Le ministre des affaires étrangères Fumio Kishida a téléphoné hier soir à son homologue français Laurent Fabius afin de solliciter l’aide de la France dans cette prise d’otage : « notre gouvernement souhaiterait la coopération de la France, notamment pour des échanges d’informations, en vue de la libération rapide de nos ressortissants. » De son côté, Laurent Fabius s’est engagé à coopérer avec les autorités nippones et trouver une solution rapide.

Le porte-parole du gouvernement japonais Yoshihide Suga a été ferme sur la situation : »le Japon ne se pliera pas au terrorisme« . Pour l’heure, la nécessité est de vérifier l’authenticité de la vidéo : »prendre des personnes en otage est impardonnable. Le gouvernement est déterminé à faire tout son possible pour que les japonais soient relâchés le plus vite possible« .

C’est la première fois que l’Etat Islamique menace le gouvernement nippon. Les deux otages, ont été enlevés en aout 2014, ils ont rapidement été identifiés, il s’agit de Haruna Yukawa et Kenji Goto Jogo, tous deux journalistes. Le premier est un indépendant d’expérience qui fournit la télévision japonaise avec ses images des zones de guerre, le deuxième était méconnu du monde des médias.

Mathilde Lopes

Écrit par amb