Oscar Pistorius, du mont olympe à l’enfer

Le tribunal de Pretoria a accepté aujourd’hui la mise en liberté sous caution du célèbre athlète sud-africain, Oscar Pistorius jusqu’à l’annonce de sa sentence. L’ex-champion paralympique, condamné à cinq ans de prison pour avoir tué par balle sa compagne Reeva Steenkamp n’est pas encore fixé sur sa peine.

Avec ce drame, le destin du sportif a complètement basculé. Il est passé en quelques heures, du statut de star mondiale à celle d’idole déchue. Après un an passé en prison, le « Blade Runner » (coureur aux lames) va passer de la lumière sombre des cellules à celle du soleil du pays. Cette source a été confirmée par son avocat Barry Roux. Cette annonce a été faite lors de la comparution devant la justice du sextuple médaillé d’or pour demande sa mise en liberté sous caution.

Pistorius, qui n’est pas encore fixé sur sa peine, est libéré sous caution, fixée à 10 000 rand, (monnaie sud-africaine) équivalent à 690 dollars, a annoncé le juge Aubrey Ledwaba à la Haute Cour de Pretoria.

A lire également : Oscar Pistorius, la face cachée d’un demi-dieu.

De plus, sa libération sous caution est assortie de plusieurs conditions. Parmi elles, l’assignation à résidence chez son oncle à Pretoria, avec une autorisation de sortie entre 07h et midi dans un rayon de 20 kilomètres de la maison. Il sera également soumis à un contrôle électronique, a précisé le juge. « Dans la mesure où il s’est présenté devant le tribunal, il a prouvé qu’il n’y avait pas de risque qu’il s’échappe », a expliqué le juge afin de justifier sa décision.

« La Cour suprême d’appel a de façon incorrecte réexaminé les faits acceptés par la Haute Cour (en première instance) selon lesquels j’ai, de bonne foi, pensé que ma vie et celle de la victime étaient en danger quand j’ai tiré« , a expliqué Pistorius dans sa demande de libération sous caution. L’ancien sprinter a toujours plaidé la méprise: il dit avoir tiré sur la porte des toilettes fermée à clé, persuadé qu’un cambrioleur s’y était introduit.

« Il s’agit d’une stratégie pour retarder la procédure », a estimé pour sa part la famille de la victime, par la voix de son avocat Tania Koen. La prochaine audience est fixée au 16 avril 2016. Date butoir à laquelle la Haute Cour de Pretoria devrait savoir si la demande de saisine de la Cour constitutionnelle a été acceptée ou non.

A lire : Affaire Pistorius : les dates clés !

 

Emerson Martins

Écrit par emerson martins