Orthographe : qu’est-ce qui va changer ?

Ratifiée en 1990 par les membres de l’Académie Française, la réforme de l’orthographe sera effective à partir de septembre. Adieu oignon, nénuphar, et maîtresse. Place à ognon, nénufar et maitresse.

Avec plus de 2400 mots modifiés et pour la plupart simplifiés, la révision de l’orthographe française fait régresser encore un peu plus le niveau de la langue de Molière. Elle vise à faciliter l’apprentissage de mots jugés « trop difficiles » à assimiler pour les enfants.

Au programme de cette réforme, la suppression progressive de l’accent circonflexe, l’apparition du s après des mots composés tels que « cure-ongles » ou « après-midis » ou encore l’annulation du trait d’union entre deux parties d’un mot comme pour « week-end » et « mille-patte » qui deviennent « weekend » et « millepattes ». Le fameux Maître Capello (ou plutôt, Maitre Capello) serait sûrement choqué.

C’est Maurice Druon, l’ancien secrétaire perpétuel de l’Académie Française, qui avait signé cette réforme, en 1990. Selon lui,

« il est nécessaire de continuer à apporter à l’orthographe des rectifications cohérentes et mesurées qui rendent son usage plus sûr, comme il a toujours été fait depuis le XVIIe siècle et comme il est fait dans la plupart des pays voisins ».

Vingt-six ans plus tard, cette révision est (enfin, ou pas) adoptée. Et on en est sûr, elle fera jaser.

Alexandre Domingues

Écrit par Alexandre Domingues