On a testé « Mutations », premier escape-game en réalité virtuelle

Casque de réalité virtuelle sur la tête, nous avons traqué les mutants dans un labo secret. Bienvenue dans « Mutations ».

C’est sur un site industriel désaffecté, proche du Stade de France à Saint-Denis (93), que nous avons joué à « Mutations ». Il s’agit d’un escape game d’un genre nouveau. Organisé par Geekopolis XP et Intel, il associe la réalité et la virtuel.

C’est par équipes de quatre à six agents que l’on plonge dans une aventure de plus de 2h30. Après un pitch de la mission par le général, nous descendons un escalier qui nous mène dans un univers post apocalyptique. Notre mission ? Pénétrer dans un labo ultra-secret dans lequel des expériences biologiques sur des humains ont mal tournées.

C’est à nous de récolter des informations secrètes grâce un équipement ultra sophistiqué qui nous permettra de développer un vaccin au virus.

Dans cette ancienne usine, nous perdons tout sens de réalité. Des hurlements nous suivent durant toute l’aventure, des mutants couverts de sang nous prennent en chasse, des coupures d’électricité nous font perdre tout repère.

Après plus de d’une heure et demi de mission, place à la réalité virtuelle. Un agent allié vient nous munir d’une grosse arme et de ce qu’on nous présente comme un casque à vision infrarouge (en réalité un casque de réalité virtuelle). L’illusion est parfaite.

Il est maintenant l’heure d’exploser les mutants. Pas de problème de munitions, la force est avec nous. Mais, après avoir récupéré le vaccin des mains du médecin fou du labo, un nuage de fumée vient arrêter notre parcours et nous fait fuir le labo, tandis qu’une orde de zombies, bien réelle cette fois, nous poursuit.

Au bout du couloir, une équipée viens nous récupérer pour une extraction musclée qui sonne la fin de notre mission.

Reste à régler l’addition, bien réelle, de cette aventure : 60 euros par personne.

Khemais Benismail

Écrit par IEJ3A

Laisser un commentaire