OM/PSG : retour sur un match d’anthologie

Dimanche soir à 21h, l’Olympique de Marseille et le Paris-Saint-Germain s’affronteront pour le compte de la 31ème journée de Ligue 1. Un match de la plus haute importance, puisque les deux clubs sont toujours à la lutte pour le titre de champion de France. Mais également parce que cette rencontre s’inscrit dans une rivalité historique, où les exploits sont légions. Comme un soir de mars 2003.

Lorsque les 55 982 spectateurs prennent place dans le Stade Vélodrome ce dimanche 9 mars 2003, ils ne savent pas encore qu’ils vont assister à l’une des plus grandes désillusions marseillaises de ces quinze dernières années. En effet, rien ne prédisait que l’OM allait littéralement prendre l’eau. Solide deuxième du championnat, à égalité de points avec le leader Monaco, les olympiens accueillent une piètre équipe parisienne, seulement neuvième au classement, à dix points de leur adversaire du soir. Mais cette année-là, le PSG compte dans ses rangs un génie.

Un joueur capable de changer le cours d’une rencontre à lui tout seul, sur un geste, un dribble, une inspiration. Ronaldo de Assis Moreira, plus connu sous le nom de Ronaldinho, entame sa seconde saison au sein du club parisien. Auréolé d’une victoire à la Coupe du Monde durant l’été 2002, le brésilien est considéré comme une véritable star. Mais cette saison n’est pas vraiment la sienne, la faute à un conflit permanent avec son entraîneur Luis Fernandez. Mais en ce soir de Classico, son coach décide de lui faire confiance. Car Ronnie est l’homme des grands rendez-vous. Au match aller déjà, le prodige brésilien avait grandement participé à la large victoire parisienne (3-0), avec un doublé à la clé.

Et ce soir là, Ronaldinho est sûr de son coup. Jérôme Alonzo, le gardien parisien, racontera même que le brésilien lui avait fait part de son excellent feeling avant la rencontre : « c‘est beau ici. J’ai envie de jouer. Je vais te faire gagner ce soir. » Et le récital va avoir lieu. A dix-mille lieux au-dessus des autres, Ronnie va régaler la planète football, et laisser son génie éclater. Si l’ouverture du score de Jérôme Leroy (28e, 0-1) ne doit rien à personne, la suite est un ouvrage signé Ronaldinho. Juste après la reprise de la seconde période, le show peut commencer. Suite à une passe ratée de Frank Leboeuf, Ronnie est à l’affût. Une interception depuis le rond-central, suivi d’une course folle de plus de 70m, avant d’aller battre Runje, le portier marseillais, d’une balle piquée absolument géniale (55e, 0-2).

Le PSG mène alors 2-0, mais la démonstration n’est pas encore terminée. On joue alors la 82ème minute. L’OM pousse pour revenir au score, quand Romain Rocchi intercepte le ballon devant la surface parisienne. Il sert Ronaldinho, pour un contre qui va rester dans les annales du football français. Le brésilien remonte tout le terrain en résistant à Hemdani, puis se présente face à Runje. D’un crochet du droit imparable, il évite le gardien marseillais avec une facilité déconcertante. Ronnie n’a alors plus qu’à pousser le ballon au fond, mais il va rajouter une touche de magie supplémentaire : ce dernier attend le retour d’Hemdani pour mieux l’humilier d’une feinte de frappe, qui envoie le défenseur dans les cordes. Le moment choisi par le brésilien pour enfin pousser le ballon au fond des filets (83e, 0-3). Malheureusement, ce but ne lui sera jamais attribué. Leroy ayant suivi l’action depuis le début, c’est lui qui poussera finalement le ballon au fond. Qu’importe, ce but d’anthologie restera dans toutes les mémoires comme le chef d’oeuvre de Ronaldinho, permettant au PSG de s’imposer au Vélodrome (0-3), pour la première fois depuis quinze ans.

Si cette rencontre, à l’instar du match aller, resteront les deux seuls faits d’arme du PSG en cette saison 2002/2003, les parisiens pourront toujours se targuer d’avoir ruiné les espoirs de titre de l’OM, qui finira finalement troisième du championnat, voyant l’Olympique Lyonnais emporter le titre.

Dimanche soir, les joueurs de la capitale auront à nouveau la possibilité de mettre fin au rêve marseillais de remporter la Ligue 1. En cas de victoire, le PSG prendra cinq points d’avance sur son rival marseillais. Une avance presque décisive, à sept journées de la fin.

Le résumé complet du match : OM-PSG : 0-3 (0-1), 9 mars 2003.

Buts : J. Leroy (28e et 83e), Ronaldinho (55e).

Julien Peronnet

Écrit par corjul