Nouveau rebondissement dans l’affaire Omar Raddad. Des traces d’ADN exploitables auraient été retrouvées sur les deux portes où les mots « Omar m’a tuer » ont été inscrits. Ses éléments pourrait permettre de faire enfin la lumière sur l’une des affaires criminels les plus controversée de ses dernières années. Retour sur la chronologie des faits.

Écrit par Florianehours