Olympiades : ces sports qui veulent intégrer les Jeux

Le 8 décembre dernier, le Comité International Olympique (CIO) faisait la promesse d’entamer des réformes pour ajouter plus de sports au programme des JO. De nombreux sports rêvent de les intégrer, comme le squash ou l’escalade.

Le prestige, l’argent, la reconnaissance… Les raisons d’intégration d’un sport au programme olympique sont nombreuses. Le baseball et le softball ont été supprimés lors des Jeux 2012 à Londres. De quoi laisser la place au golf et au rugby à sept, pour les prochains JO 2016 à Rio.

 

 

Au-delà de l’image de marque, l’enjeu financier est de taille: un tiers des droits TV des Jeux sont en effet reversés aux 28 fédérations internationales des sports olympiques d’été. En effet, pas moins de 295 millions de dollars ont été redistribués après les JO de Pékin en 2008 et environ 515 millions de dollars après ceux de Londres (2012).

Si le programme des Jeux d’été est composé d’un noyau de 25 sports principaux, seulement trois sports maximum peuvent s’y ajouter. En août 2016, le CIO décidera alors d’ajouter ou non de nouveaux sports, soumis par Tokyo, au programme des jeux d’été 2020.

Les candidatures de huit disciplines ont été retenues : la lutte, le squash, l’escalade, le karaté, le wushu, le wakeboard, les sports de roller et un retour du baseball-softball. Le baseball étant un sport très populaire au Japon, ce dernier semble favori pour réintégrer les Jeux. Pour rejoindre le programme olympique, la commission du CIO s’appuie sur six critères : l’histoire du sport en question, ses caractéristiques techniques comme les infrastructures ou le nombre d’épreuves, sa popularité, son image, son universalité (comme le nombre de pratiquants par exemple) et enfin son développement.

Il reste une dernière réforme à prévoir : la création d’une chaîne de télévision olympique, qui sera diffusée 365 jours par an dans le monde entier, et dans un premier temps sur Internet.

Thomas Duplan

Écrit par lavalto