Offensif, Obama appelle à réduire les inégalités

Barack Obama s’est exprimé, hier, pour le traditionnel discours sur l’état de l’Union devant un Congrès, pour la première fois majoritairement républicain.

Applaudi par son camp, c’est un président optimiste et de nouveau offensif qui s’est présenté devant un congrès d’opposition faisant grises mines. « C’est un nouveau chapitre qui s’ouvre », a déclaré Barack Obama, se félicitant de ses bons résultats sur le plan économique. Un taux de chômage tombé à 5,6%, l’essor de l’industrie gazière et pétrolière nationale qui fait des Américains le numéro un mondial du secteur, mais aussi les 10 millions d’Américains nouvellement assurés, les bonnes nouvelles ne manquent pas. C’est la période de croissance la plus forte depuis 1999 que connaît actuellement les Etats-Unis.

Pour ses deux dernières années de mandat, le président américain a mis l’accent sur les mesures en faveur des classes moyennes, souhaitant simplifier l’accès à la propriété, augmenter le salaire minimum, ou encore développer les congés maternité et maladie.

Mais face aux inégalités qui se creusent, Obama souhaite augmenter la pression fiscale sur les foyers les plus aisés. Il propose la suppression d’une niche fiscale sur la taxation des revenus du capital, mais aussi, l’augmentation à 28 % du taux maximal de taxation des revenus du capital et des dividendes. Il y a cependant peu de chance que ces réformes aboutissent, puisque les républicains sont désormais majoritaires dans les deux chambres.

Benoît Thérèze

Écrit par amb