Nuit Debout : La place de la République évacuée

NuitDebout

Depuis onze jours les manifestants de la Nuit Debout occupaient la Place de la République à Paris. Ce matin, l’évacuation par les forces de l’ordre s’est déroulée sans incidents. Les manifestants qui se retrouvaient toutes les nuits étaient là pour affirmer leur désaccord concernant le projet de loi travail. Les partis de droite et de gauche se sont exprimées sur l’intérêt d’interdire ou non ce rassemblement.

La ministre du Travail condamne les violences 

Alors que le mouvement « Nuit Debout » a commencé le 31 Mars, pour contester le projet de réforme du code du travail, Myriam El Khomri s’est exprimée au micro d’Europe 1 « La liberté de manifester n’est pas la liberté de casser ». Une déclaration qui vise les débordements qui se sont produits entre samedi et dimanche où huit personnes ont été interpellées.

Les manifestants reviendront dès lundi soir

Cependant, le mouvement peut continuer, dans le calme, et reprendra ce lundi soir d’après la police. Invité de France Info, Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du PS, estime «qu’il faut le tolérer mais l’encadrer», regrettant ainsi la violence de ces derniers jours. Chaque nuit se sont des milliers de personnes qui se réunissent, organisent des assemblées générales afin de débattre sur la loi El Khomri. Le mouvement s’est depuis multiplié dans plusieurs villes de province.

Un mouvement qui laisse les manifestants dans le flou

Malgré la propagation du mouvement à travers la France, le mouvement Nuit Debout aura-t-il un impact sur les futures décisions prises par le Gouvernement ? Le journal Le Monde a accordé une interview à certains français soucieux de leur avenir. Parmi eux Eloise professeur de physique-chimie qui ne comprend pas pourquoi sa discipline devrait restée « cantonnée dans un laboratoire » ou encore Abdel pour qui le mouvement a un intérêt stratégique mais « a peu d’espoir que cela aboutisse ».

Écrit par Virginie Masse