La réunion de l’Eurogroupe s’est soldée par un échec. Athènes  a refusé  la prolongation du programme d’aide en cours. La réunion d’aujourd’hui devrait permettre de trouver une méthode de travail afin de faciliter la session de lundi. 

Le ministre des Finances grec Yanis Varoufakis a joué des tours aux politiciens européens. A la suite de la lecture d’un texte commun et d’un accord rapide pris ce mercredi, il a finalement fait volte-face au grand dam de Wolgang Schaüble, le ministre allemand.

Alexis Tsipras, le nouveau Premier ministre grec souhaite une mise en place d’une nouvelle recette économique.

« Je suis très confiant qu’on trouvera une solution commune pour soigner les blessures de l’austérité, faire face à la crise humanitaire, et ramener la croissance économique dans l’Union »

Les questions techniques sont au coeur des négociations. A l’issue des nombreuses rencontres de ce jeudi, Athènes campe sur ses positions. Elle désire abandonner le protocole de la troïka (Commission Banque centrale européenne, Fonds monétaire internationale) exigeant un PIB de 4,5 %. Ce programme amènerait le pays à un régime d’austérité jusqu’en 2019.

Toutefois, l’Union Européenne ne veut pas exclure de ce nouveau plan de travail, le programme déjà en cours et qui doit s’interrompre le 28 février.

Un certain agacement se ressent du coté des dirigeants de l’euro. Mais le président de l’Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem l’assure « Il ne faut pas sous-estimer le pouvoir des mots pour faire avancer les choses ».

Marie Faupin

Écrit par marieolivia