Nouvelle crise des migrants dans les Balkans

Le nombres de migrants enregistrés dans les Balkans vient de battre de nouveaux records. Après la Hongrie c’est la Slovénie qui commence à être dépassée par les flux massifs d’arrivants venus majoritairement de Syrie.  Pour faire face à la situation, Jean Claude Juncker, président de la commission européenne a annoncé hier l’ouverture exceptionnel d’un sommet euro-balkanique le dimanche 25 octobre à Bruxelles.

Les chefs d’Etat de l’ensemble des pays des Balkans, ainsi que les dirigeants de l’Allemagne, de l’Autriche et de la Hongrie, seront présents dimanche pour trouver des solutions face à la nouvelle vague de migrants enregistrées en Slovénie.

Ce pays, le plus petit de la région, à de plus en plus de mal à accueillir dans des conditions convenables les milliers de réfugiés. Manque d’eau, de moyens, de bénévoles, ils sont submergés et réclament aujourd’hui l’aide de la commission européenne.

 

 

Depuis la fermeture des frontières de la Hongrie avec la Croatie, la Slovénie a accueillis plus de 40.000 migrants soit environs 2% de la population du pays.

«Nous sommes le plus petit pays de la route des Balkans, avec des capacités réduites, aussi bien de contrôle que d’accueil», a déclaré le gouvernement Slovène.

Et la situation presse. L’hiver, particulièrement difficile dans cette région du monde, menace des milliers de migrants désormais coincé entre la Slovénie et la Croatie.

L’Allemagne et la Hongrie, dont les quotas de migrants sont déjà dépassés, refusent d’accueillir plus de personnes.
Une solution pourrait être envisagés, celle proposé par le président turque, Recep Tayyip Erdogan, qui serait de mettre en place une zone de sécurité dans le nord de la Syrie.

 

A lire aussi : Un mini sommet pour les migrants de la route des Balkans

Le sommet de dimanche sera décisif pour l’avenir de milliers de personnes. Des réfugiés dont les bombardements russes en Syrie présagent une nouvelle augmentation.

 

Floriane Hours 

 

Écrit par Florianehours