Nouveau record de destruction de postes

74 000, c’est le nombre d’emplois détruits en 2014. Les chiffres de l’Insee (Institut National de la statistique et des études économiques) tombés ce mercredi, annoncent un bilan désastreux pour l’économie française malgré un stabilisation du secteur marchand au 4e semestre grâce à l’intérim au 4e semestre.

Un résultat décevant selon l’Insee. Dans une première estimation à la mi-février, l’institut annonçait 66 700 suppressions de postes. Une estimation qui a du être révisée de 8 300 destructions supplémentaires . Un bilan est donc plus lourd que prévu.

Alors certes l’intérim sauve un peu la mise, 24 100 emplois auraient été créés au dernier semestre de 2014 (+4,7% de croissance) tandis que l’Industrie en aurait supprimé 10 400 (-0,3%) et la construction, 17 700 (-1,3%). Le secteur intérimaire limite bien les dégâts, mais cela reste une maigre compensation si l’on en croit les chiffres récents du chômages en France qui atteindront les 10,6% en 2015. De son côté l’OCDE indique que le taux de chômage ne devrait pas baisser avant 2016 bien que l’Insee fasse preuve de scepticisme: « La légère hausse attendue de l’emploi ne suffirait pas à  absorber la progression de la population active et le nombre de chômeurs augmenterait légèrement ».

Rester optimiste 

Lire aussi: Taux de chômage et chômeurs en France: le point en mars 2015

Le gouvernement, lui préfère garder l’esprit positif.  Lors de la publication des chiffres provisoires, le ministre des finance, Michel Sapin prévoit une hausse de la croissance de 1%. Selon lui « à partir de 1% on créer de l’emplois ». Chose vrai, mais qui seraient tout de même insuffisant au vue de l’augmentation des suppressions de postes en France.

Maxime Guyot

Écrit par marmax