« Nos ruralités, une chance pour la France »

C’est le nom du comité interministériel qu’a présidé le Premier Ministre ce matin à Laon, dans l’Aisne, pour annoncer des mesures visant à favoriser la ruralité et le désenclavement des territoires isolés.

Manuel Valls

Manuel Valls

Un tiers du gouvernement a accompagné le premier ministre ce matin à Laon, dans l’Aisne, pour un comité interministériel dédié aux ruralités. A cette occasion, Manuel Valls a annoncé plusieurs mesures pour favoriser la vie quotidienne dans les campagnes et lutter contre le sentiment d’abandon qu’éprouvent les ruraux. Trois problèmes ont été soulevés dans la matinée : l’accès aux services publics, aux soins et au numérique.

Augmentation des maisons de service au public et de santé

Le premier ministre a notamment prévu de tripler les maisons de services au public, qui ont pour ambition de regrouper plusieurs services pour la population en un seul lieu. Plusieurs locaux des bureaux de postes, sans activité dans de nombreuses communes, pourront être adapté à cet effet. Cette mesure sera appliquée dans les deux ans pour que la CAF, les guichets SNCF, et bien d’autres services publics soient réunis dans un seul et même endroit.

Il a également garanti que les maisons de santé passeront à 800 « dès cette année ». Ces lieux regroupent différentes disciplines médicales pour réduire les déplacements des habitants des campagnes.

 

Suppression des « zones blanches »

Manuel Valls a laissé dix-huit mois aux opérateurs pour supprimer les « zones blanches ». Cette annonce vise à garantir à tous les habitants de l’Hexagone la possibilité d’utiliser leurs téléphones portables partout où ils se trouvent. Le chef du gouvernement souhaite inscrire dans la loi une obligation pour les opérateurs d’offrir des solutions à bas coût à la population rurale, qui devra avoir accès à la 2G mais également à la 3G partout, et surtout dans leurs maisons.

 

Un département stratégique pour le PS

Chômage à 14%, démographie en panne, taux record de RSA, faible urbanisation, tous les maux sont réunies dans ce département de l’Aisne, socialiste depuis 15 ans mais que le Front National convoite tout spécialement pour les élections départementales de la semaine prochaine. Une stratégie politique que dément Matignon.

A lire aussi: Manuel Valls dans l’Aisne : un plan ruralité contre le FN 

Lauren Alimi

 

Écrit par antoinelauren