Noël en prison : un moment difficile pour les détenus

Distribution de cadeau de Noël à Fleury-Merogis par le Secours Catholique en 2012 (crédit photo : Secours Catholique)

La France compte plus de 69 000 détenus, d’après les chiffres de l’Observatoire international des prisons. Nombre d’entre eux passeront Noël derrière les barreaux. 

Inutile de dire que Noël est, pour les détenus, une période difficile. La solitude se fait particulièrement ressentir. Les visiteurs, avocats ou encore les familles ne sont pas disponibles. Pour faciliter le passage de ces moments délicats, l’administration pénitentiaire met en oeuvre plusieurs actions.

Elle permet à des associations, à un aumônier agrée, un visiteur mais surtout aux familles des prisonniers de déposer des colis plus important (de 5kg maximum). À l’intérieur de ces paquets, les détenus peuvent recevoir des photos et dessins d’enfants, des livres, du courrier ou encore des produits alimentaires qui se conservent facilement.

Il est par contre interdit de recevoir des produits d’hygiène, du tabac des bijoux ou des paquets cadeaux. La liste des produits autorisés et interdits est disponible sur le site du ministère.

Les colis peuvent être livrés jusqu’au 8 janvier 2018 à l’accueil de l’établissement ou par La Poste dans certaines conditions.

Tout est mis en place pour rendre la fête plus joyeuse

Dans les prisons des sapins sont également installés à l’entrée des quartiers pour égayer l’univers carcéral. L’administration pénitentiaire fait aussi en sorte d’améliorer les repas du 24 et du 25 décembre. En général, une pâtisserie est adjointe à la gamelle mais le repas se déroule uniquement en cellule.

Des associations interviennent également à cette période de l’année. Le secours catholique distribue des chocolats et du papier aux détenus, pour qu’ils puissent écrire à leur famille. Pour les prévenus n’ayant plus de famille, il offre des colis de noël.

Les aumôniers peuvent aussi se montrer très présents et à l’écoute des détenus dans ces moments difficiles. Certains deviennent même les confidents de quelques prisonniers.

Antoine Ayral

Écrit par IEJ3B

Cet article a 1 commentaire