NKM : candidate isolée à la primaire

« Oui je suis candidate » : Nathalie Kosciusko-Morizet a officialisé sa candidature à la primaire de la droite et du centre. La députée LR a profité de la journée internationale de la femme pour annoncer sa candidature au JT de TF1 mardi soir. Une compétition rude pour une candidate isolée de son parti. 

Solitaire est le principal adjectif qui caractérise NKM. L’ancienne vice-présidente de Les Républicains se présente comme la seule responsable de droite à tenir tête à Nicolas Sarkozy. Lors des Régionales, elle n’a pas eu peur de s’opposer fermement au « ni-ni » de l’ancien chef de l’Etat. Une opposition qui lui a couté sa place de numéro deux du parti.

« Moi, je m’en fous d’être minoritaire à un moment donné ! Cela ne signifie pas qu’on a tort sur le long terme » déclare-t-elle.

« L’emmerdeuse » comme la surnomme Jacques Chirac, est de plus en plus isolée par LR. Sa liberté de ton et son franc parler agace sa famille politique.

« Mais sa ligne politique est minoritaire, ses réseaux sont inexistants et ses perpétuels coups d’éclat médiatiques ont fini par user nombre d’entre nous », soupire un député parisien.

A droite, peu de gens la croient. La présidente d’un micro-parti, La France Droite, fondée en 2012, est épaulée par une minorité. Jérôme Peyrat (son directeur de campagne), Grégoire de Lasteyrie (le maire de Palaiseau), les conseillers de Paris Marie-Laure Harel et Jean-Didier Berthault ainsi que son groupe de campagne sont les seuls à la soutenir. Aucun parlementaire ne se dit « NKMiste ».

Dépasser les clivages 

Dans sa campagne, la députée de l’Essonne entend dépasser les clivages gauche-droite. Avec « l’ubérisation » de l’économie, NKM pense que les politiques devraient aussi s’adapter. C’est cette vision qu’elle étaye dans son livre « Nous avons changé de Monde » en libraire aujourd’hui.

Forte de son expérience gouvernementale à l’Economie numérique puis à l’Ecologie, elle prétend être capable mieux que personne de penser la modernité. Selon elle, il faut « en finir avec les vieilles lunes de la droite » et « les vaches sacrées de la gauche ».

A lire aussi : NKM fonde son parti

Juliette Vignaud

Écrit par Juliette Vignaud