Moryglobal demande sa mise en redressement judiciaire

Le transporteur Moryglobal devrait se déclarer en faillite au tribunal de commerce de Bobigny. Selon la CFDT, 2200 emplois sont menacés.

 

Le 21 janvier, le Figaro avait déjà évoqué cette possibilité après que l’entreprise est rencontrée des difficultés structurelles insurmontables après le premier départ de 2800 salariés. En 2014 Myroglobal a perdu près de 40 millions d’euro sur 330 de chiffre d’affaire.

Ce n’est pas le premier redressement judiciaire que connait l’entreprise. En 2013, le transporteur avait déjà déposé le bilan et un plan social d’ampleur avait été mis en place. En janvier 2014, le groupe a été repris par le groupe Arcole. Mais malgré cette reprise, les difficultés financières persistent.

Invité a s’exprimer sur Francetv info, le délégué CFTC Jean-Pierre Bizon dédramatise en soulignant que c’est le troisième redressement judiciaire en trois ans et qu’ils commencent a être habité mais pense aux salariés : « N’empêche que les salariés sont abattus. Il règne un sentiment d’écœurement, pas vis-à-vis du PDG actuel mais plutôt contre André Lebrun [président du directoire d’Arcole], l’actionnaire principal. Il ne veut rien mettre au pot. »Ce vendredi 6 février, la mise en redressement judiciaire a été officialisée.

Ce vendredi 6 février, la mise en redressement judiciaire a été officialisée.

Le tribunal de commerce de Bobigny devrait se pencher la semaine prochaine sur le dossier et prononcer un placement en redressement judiciaire ou, plus probablement, une liquidation judiciaire direct.

Ce même tribunal devait décider, fin février, s’il autorisait Moryglobal à céder trois immeubles détenus par le groupe, pour une valeur de quelques 25 millions d’euros.

 

Ladislas de Waziers

Écrit par christbik