MORT DE LIU SHAOYAO : RÉVOLTE DE LA COMMUNAUTÉ CHINOISE

Plusieurs milliers de manifestants se sont réunis Place de la République dimanche 2 Avril 2017 en « Recueillement et soutien à la famille de M.Liu Shaoyao »

Le slogan était affiché sur tous les manifestants. Ils étaient 6000 à vouloir faire entendre leur colère. Après un début de rassemblement sans débordement et une minute de silence en hommage à Liu Shaoyao, deux groupes distincts se sont formés suite à l’arrivée d’un groupe de jeunes manifestants.

Des échanges violents

Des affrontements avec les forces de l’ordre ont éclaté en marge de la manifestation. D’un côté des manifestants plus âgés, de l’autre des membres plus jeunes prés à faire usage de la force. Plusieurs jets de projectiles contre des gaz lacrymogènes ont explosé laissant un grand nuage de fumée sur la place. Ces affrontements de plus en plus violents ont débuté au lendemain de la mort Liu Shaoyao. Dès le premier rassemblement la tension entre les forces de l’ordre et les manifestants s’était fait sentir.

 Une nouvelle génération déterminée

Ces manifestants, pour la majorité issus de la nouvelle génération, aillant recours à la violence, se sont montrés organisés, et réactifs aux différents appels lancés par la communauté. Les contestataires sont munis de masques. Contrairement au « black blocks » les protestataires n’usent pas de techniques spécifiques de manifestation.Les soutiens de Liu Shaoyao sont déterminés et cette rage est papable lors des affrontements. Selon la DGSI des réseaux mafieux sont à l’origine des rassemblements. Une enquête est toujours en cours.

 Des versions qui ne concordent pas 

Cette violence témoigne d’un besoin de vérité. Depuis la tragédie, les versions sur les conditions de la mort divergent. Dimanche 26 mars un agent de la BAC tue Liu Shaoyao, un père de famille de 56 ans d’origine chinoise à son domicile. La police soutient la « légitime défense » suite à l’attaque de l’homme sur l’un des brigadiers avec un couteau. Mais ce scénario est controversé par la famille de la victime qui affirme que le père n’a pas agressé les forces de l’ordre et qu’il a été victime d’une bavure.

La justice française doit élucider la vérité sur l’affaire rapidement, car Pékin est sur le qui vive et les nouveaux manifestants ont prouvé qu’il était prés à affronter l’autorité.

Écrit par Kassy Begarin