Mondiaux de cyclo-cross : premier cas avéré de dopage mécanique

Un « moteur caché » a été retrouvé dans le vélo de la belge Femke Van den Driessche, concurrente des mondiaux juniors de cyclo-cross. C’est le premier cas avéré de dopage mécanique dans le cyclisme.

L’existence de moteurs électriques cachés étaient un fantasme, mais l’inspection du vélo de la jeune belge a rendu l’a rendu réelle.  « Le dopage mécanique est désormais une réalité. Ce que nous avons découvert est un signal clair » a indiqué Ryan Cookson, le président de l’Union cycliste internationale (UCI). 

Par dopage mécanique, on entend une aide illégale à la performance grâce un moteur électrique miniaturisé caché dans les tubes du vélo, « Souvent, on riait en évoquant ce dopage mécanique mais maintenant, on sait que des coureurs utilisent de tels procédés, ou les ont utilisés », a continué Ryan Cookson.

L’UCI avait annoncé avoir saisi un vélo, avant que la Fédération belge ne précise qu’il s’agissait de celui de Femke Van den Driessche et qu’une « fraude technologique » avait été constatée. La concurrente, favorite de la course, avait abandonné à mi-course suite à des problèmes mécaniques.

« A tous ceux qui veulent donc tricher, nous avons envoyé hier un message clair: nous allons vous attraper et nous allons vous punir, parce que notre technologie pour détecter ce type de fraude semble fonctionner »,  s’est félicité Cookson.

Selon le règlement, le coureur en faute s’expose à une disqualification, une suspension de six mois minimum et une amende pouvant s’élever à 200 000 francs suisses (192 000 euros).

Écrit par Thenais Gence