Molenbeek : un vivier de jihadistes

Pour la quatrième fois en dix huit mois, la piste d’un attentat est passée par Molenbeek (Belgique), à 6 kilomètres du QG de l’Union européenne.

MolenbeekLocatie

Molenbeek (en rouge), quartier proche de Bruxelles

Molenbeek est une des 19 communes de Bruxelles-Capitale. Elle se situe dans la banlieue ouest de la capitale. Elle est composé de 96 000 habitants. Ce quartier belge est connu part les forces de l’ordre pour son réseau jihadiste. Suites aux attentats à Paris ayant causé 132 morts, la piste Molenbeek est relancé. Ce foyer regorgerait de jihadistes.

Le suspect Salah Abdeslam, toujours en fuite, résidait également dans ce quartier. Ayant passé ce week-end la frontière belge, il est activement recherché par les forces de l’ordre.

Abdelhamid Abaaoud, le cerveau du complot de Verviers est toujours en fuite après avoir laissé deux de ses complices djihadistes abattus par la police belge (janvier 2015). Selon les dernières informations, il serait également fortement soupçonné d’avoir commandité les attaques à Paris ce vendredi 13 novembre.

Le Français Mehdi Nemmouche est revenu de Syrie avant d’attaquer le musée juif au cœur de Bruxelles. En mai 2014, il séjournait à Molenbeek. Bilan : 4 morts.

Amedy Coulibaly, auteur du meurtre d’une policière et de la prise d’otage au supermarché kasher à Paris (Porte de Vincennes) occasionnant quatre morts,  a acheté des armes dans ce petit quartier belge

Le jeune Marocain Ayoub el-Khazzani, désarmé juste à temps, dans le Thalys reliant Bruxelles à Paris, en août dernier a également acheter des armes automatiques à Molenbeek. Pour finir, cinq hommes, dont un Français ont été interpellés ce week-end dans le cadre de l’enquête lié aux attentats de Paris.

Pourquoi la Belgique ?

Alain Rodier, ancien officier supérieur des services de renseignement français et directeur de recherche au CF2R confirme qu’il y a énormément de ressortissants belges qui partent en Syrie. Proportionnellement à la population, ce pays de 11 millions d’habitants compte le plus grand nombre de volontaires partis combattre en Syrie ou en Irak. Pour plus de précision, voici la vidéo.

En effet, on parle de près de 500 « jihadites belges ». 272 ont été identifiés en Syrie ou Irak, 75 sont présumés morts, 134 sont revenus. La Belgique représente un « nœud » pour le jihad international.

Pourquoi les terroristes se réfugient là-bas ? Géographiquement, c’est le pays situé au centre de l’Europe car elle communique avec le monde entier et cela constitue un atout majeur pour le réseau jihadiste.

A lire aussi : Molenbeek, dans le quartier de Salah Abdeslam, l’ennemi public n°1.

Mathias Galliez

Écrit par mathias.galliez