Migrants : les Balkans débordés, l’UE appelé à l’aide
Camps de migrants Noborder Network - Flickr copyright

Un camps de migrants (Noborder Network – Flickr)

Dépassée par le flux incessant de migrants à ses frontières, la Slovénie a demandé l’aide de l’Union européenne, jeudi 22 octobre. Dans la même journée, l’ONU a critiqué sévèrement la gestion dégradante des migrants par le gouvernement tchèque.

En 24 heures, 12.500 migrants ont franchi la frontière de la Slovénie, selon l’AFP. « Le flux de migrants ces trois derniers jours dépasse toutes nos capacités », s’est alarmé le gouvernement, qui a demandé l’aide de l’Union européenne.

Le petit pays de 2 millions d’habitants est devenu un point de passage obligé, depuis que la Hongrie a fermé sa frontière avec la Croatie vendredi dernier. Pour l’instant, « la frontière slovène reste ouverte », mais « si les arrivées restent aussi nombreuses, nous devrons reconsidérer la situation », a prévenu le ministère slovène de l’Intérieur.

Ljubljana a étendu les compétences de son armée, et pourrait appeler des réservistes dans les prochains jours.

Prague vivement critiquée

Dans le même temps, la République Tchèques est dans le viseur de l’ONU, qui dénonce le mauvais traitement des migrants infligé par le gouvernement.

Le Haut-commissaire, Zeid Ra’ad Al-Hussein, a dénoncé la détention « systématique » de migrants, enfants compris, dans « des conditions dégradantes ». Les violations des droits humains des migrants « semblent faire partie intégrante de la politique du gouvernement tchèque pour décourager migrants et réfugiés d’entrer ou de séjourner dans le pays », a-t-il déclaré.

En cause également, les déclarations provocantes du Président tchèque Milos Zeman : les migrants « respecteront la loi charia et non la législation tchèque, et les femmes infidèles seront lapidées et les voleurs se verront couper les mains », dit-il. 

Benoît Thérèze

 

 

Écrit par amb