Michel Barnier, invité d’Europe 1

Michel Barnier à la 122e session plénière du Comité des régions le 22 Mars 2017 à Bruxelles (Belgique). (Crédit photo : EPP Group in the CoR)

Commissaire européen, négociateur en chef du Brexit, Michel Barnier était l’invité d’Europe 1 ce matin.

Le 29 mars 2019, la Grande-Bretagne quittera l’Union Européenne, trois ans après avoir voté en faveur du Brexit. Pourtant, comme l’a indiqué Michel Barnier, il y aura une période de transition jusqu’en décembre 2020. «C’est une nécessité pour permettre à l’Angleterre de se préparer et de recréer des administrations dans de nombreux domaines mais également de gérer le problème des frontières».

Au total, la nation quitte plus de 750 accords. La semaine dernière les négociateurs se sont réunis avec le gouvernement britannique pour régler la question des citoyens européens présents sur le sol anglais. «Un accord a été trouvé et leurs droits vont être sécurisés». Ils sont près de trois millions à résider au Royaume-Uni.

Un statut quo économique sera également mis en place pour que l’économie outre-manche ne subisse pas complètement les effets de la sortie. Toujours sur le plan financier, le commissaire européen a indiqué qu’un nouveau traité de libre-échange devrait être instauré entre la Grande-Bretagne et les 27 autres États-membres de l’UE. 

Au micro d’Europe 1, le négociateur en chef du Brexit a avoué son «regret» de voir la Grande-Bretagne quitter l’Union Européenne. Pour ce dernier, c’est un «affaiblissement» et va plus loin dans son propos. «Pour gérer la spéculation mondiale, le terrorisme ou encore les problèmes climatiques, il vaut mieux être ensemble que chacun chez soi».

Interrogé en fin d’interview par Patrick Cohen sur la présidence de la commission européenne qui sera libérée par Jean Claude Juncker en 2019, Michel Barnier qui est pressenti pour le remplacer est resté évasif sur la question. Il a indiqué au journaliste «être totalement investi dans sa mission de régler le Brexit, qui est une tâche difficile et complexe et qui demande beaucoup de concentration».

Antoine Ayral

Edité par Maël Chaumier

Iconographie Hippolyte Corneille

Écrit par IEJ3B