Meutre de chat au cinéma

Accrochez-vous bien à votre fauteuil, Bad Boy Bubby, réalisé en 1993 par le cinéaste australien Rolf de Heer, est de retour en salles en version remasterisée, ce mercredi 11 Novembre. Epinglés à sa boutonnière, quatre prix, notamment celui de la Mostra de Venise en 1993, ont assis sa réputation de film culte. Emerveillement justifié ou effet de l’inédit?

Bobby découvre deux femmes, qui ne sont pas sa mère…(photo ©wikipedia)

Après 35 ans à vivre dans un taudis avec une mégère incestueuse pour mère, un Australien sort à la surface. Perdu dans la ville d’Adélaïde, il découvre un vaste monde inconnu où les codes de société ne répondent pas à ceux qu’on lui a appris. Sanglant, dérangeant, provocant, absurde, enfantin… Le film créé la polémique lors de sa sortie en 1993 au festival cinématographique de la Mostra de Venise. Une scène illustre le caractère unique du film: le meurtre du chat que Bobby étouffe avec un sac plastique.

Le charme du système D

La prise de vue du film et son histoire amènent le spectateur à se demander s’il doit rire ou pleurer. Avec ses airs d’innocent, Bobby conduit le spectateur à des scènes cocasses où la réalité n’a plus de morale. Parodie des années 90, ce film est gonflé d’étrangeté.

Imaginé en 1981, le film est un assemblage de morceaux réalisés jusqu’en 1993. Le budget serré qui lui a été octroyé à jouer en sa faveur. Les 32 chefs opérateurs se sont succédés sur le projet, et les techniques de système D comme le placement de micros dans la perruque de Nicholas Hope ont formidablement mis en valeur la folie, l’émerveillement et la complexité du personnage. Bad Boy Buddy, ce n’est pourtant pas que du sordide, il y a aussi des élans poétiques, où le héros s’envole dans des discours comme celui sur la religion.

Un film à la fois, étourdissant, émouvant et macabre. La figure transfigurée du héros dans un monde absurde ne laisse personne indifférent. Bad Boy Bubby est une expérience à prendre, aujourd’hui trop rare dans le cinéma.

 

Marie Faupin

Écrit par marie maxime