Meurtre de Boris Nemtsov : La Russie partagée entre tristesse et colère

L’opposant de Vladimir Poutine et vice-premier ministre sous Boris Elstine a été assassiné dans la nuit du vendredi  27 au samedi 28 février à une dizaine de mètres du Kremlin, à Moscou.

Tué par plusieurs balles, Boris Nemtsov était  opposé à une intervention militaire de la Russie en Ukraine.

L’opposant souvent vilipendé sur les réseaux sociaux pour avoir dénoncé la corruption au Kremlin devait se rendre dimanche à une manifestation contre l’intervention militaire de la Russie en Ukraine. Celle-ci a été remplacée hier par une marche sur les lieux du crime pour lui rendre hommage.

Les moscovites étaient 20 000 à s’être rassemblés, selon la police et 70 000 selon les organisateurs.  Pour cet ancien ministre considéré comme le défenseur de la démocratie, le recueillement a dépassé les frontières, plusieurs milliers de personnes ont manifesté à Kiev, Paris, Budapest, Varsovie et Vilnius.

Encore choqués par le meurtre d’un représentant de l’opposition, les Moscovites arboraient des pancartes « Je suis Nemtsov », « les héros ne meurent pas ».

Le meurtre de Boris Nemtsov s’ajoute à la mort de plusieurs personnalités qui avaient critiqué les agissements de Poutine, comme les deux journalistes Anna Politkovskaïa et Natalia Estemirova en 2006.

Les proches de l’ex-ministre ont indiqué à l’AFP, qu’il rédigeait un rapport détaillé sur la présence des soldats russes en Ukraine. Moscou à pourtant démenti entretenir un lien avec les rebelles séparatistes.

                                                                                                                                                                    Andréa Bénisti

Écrit par tomandrea