Qui est Joseph Scipilliti, l’avocat qui a tiré sur le bâtonnier ?
Me Joseph Scipilliti a grièvement blessé le bâtonnier du tribunal de Melun, avant de se donner la mort. Copyright : capture d'écran France 3

Me Joseph Scipilliti a grièvement blessé le bâtonnier du tribunal de Melun, avant de se donner la mort.
(Capture d’écran France 3)

Tribunal de Melun, le Jeudi 29 octobre, Maitre Joseph Scipilliti entre dans le bureau du bâtonnier, Henrique Vannier. L’avocat ouvre le feu et le blesse grièvement, avant de retourner l’arme contre lui et de mourir sur le coup. Portrait d’un homme contesté.

L’avocat de 63 ans, qui vivait seul et sans enfant, avait prêté serment en 1981. Depuis quelques années, il s’était rapproché de plusieurs mouvements d’extrême droite. Il écrivait régulièrement des billets pour le site Boulevard Voltaire, cofondé par le maire FN de Bézier, Robert Ménard. L’avocat militait également depuis 5 ans pour l’association Rispote Laïque qui combat « l’islamisation de la France« .

Depuis 20 ans, Joseph Scipilliti écrivait un « un journal indélicat », où il évoque sa carrière depuis 1991 et multiplie les attaques contre le bâtonnier. Il y raconte aussi ses problèmes financiers – son cabinet était en liquidation judiciaire – et ses multiples dépressions et insomnies.

En octobre 2014, une poursuite disciplinaire avait été engagée à son encontre pour injures et menaces verbales et écrites à l’égard d’Henrique Vannier. Ce jeudi, le bâtonnier devait lui notifier son interdiction d’exercer pendant trois ans, prononcée en mai dernier.

Un acte prémédité

Dans son journal de 240 pages, Me Scipilliti évoque à plusieurs reprises la possibilité d’un suicide, et même d’aller plus loin. « Le suicide seul ne sert à rien. Cet homme n’est pas le premier à le faire, quelques jours plus tard personne ne s’en souvient. Pour susciter une prise de conscience, il faut faire un grand bruit », écrivait l’avocat.

Benoît Thérèze

Écrit par amb