Marion Maréchal-Le Pen s’en prend frontalement aux têtes de son parti

La nièce de Marine Le Pen s’est longuement confiée au JDD dans l’édition du 11 décembre. Elle s’est notamment attaqué au vice-président du FN, Florian Philippot. 

Peut-être un début de guerre au sein du Front national. Pour la première fois, Marion Maréchal-Le Pen s’attaque directement aux deux têtes de son parti, de manière très explicite. L’idée principale qui divise, c’est la question du remboursement intégral et illimité de l’avortement. Une politique que le numéro deux du parti a vivement critiqué. « Je ne vois pas ce qui pourrait me faire changer d’opinion. J’aurais aimé un peu plus de respect de la part de Florian Philippot. Il parle de moi dans les médias en disant ‘cette personne’ ; je trouve cette appellation assez inadéquate. »

La jeune députée parle même d’agression de la part de ce dernier. Elle ne compte donc pas revenir sur la politique de l’IVG, et ajoute que « quand on définit la ligne du FN ou qu’on décide d’un changement stratégique, on le fait dans les instances du parti, on ne le fait pas tout seul sur BFM TV ».

Quant à sa tante, l’intéressée dit la soutenir, mais remet tout de même en cause son changement de politique à ce sujet, de manière moins virulente. Marion Maréchal-Le Pen dénonce le fait qu’il n’y ait pas eu de débats en interne.

« La majorité, au FN, ne partage pas du tout ses choix »

Florian Philippot avait annoncé qu’elle était « seule » et « isolée » sur la question de l’IVG. Des accusations que conteste formellement la députée. Elle répond que sa position était largement défendue par Marine Le Pen en 2012. Elle ajoute que « la majorité, au FN, ne partage pas du tout ses choix ».

L’ambiance est donc très tendue au FN, de mauvaise augure pour la présidente du parti à l’approche des élections présidentielles. Il semble donc exister deux lignes au sein du parti, Marion Maréchal-Le Pen a choisi la sienne. Le parti est peut-être en marche pour une séparation et la création d’un mouvement par la jeune femme de 27 ans.

Koceila Bouaich

Écrit par iejpedago