Manuel Valls fait des start-up la priorité du gouvernement
Le gouvernement aide les "business angels" Flickr ©

Le gouvernement a décidé d’aider les « business angels »
Flickr ©

Au Salon des entrepreneurs, Manuel Valls a affiché son souhait de faire de la France une future Silicon Valley.

Le changement c’est maintenant. Devant plus de 2 000 personnes,le Premier ministre a annoncé la mise en place d’un « nouveau véhicule d’investissement » pour inciter les « business angels » à réinvestir dans les jeunes start-up du pays. Hormis Xavier Niel et Matthieu Pigasse, rares sont les grands entrepreneurs français qui profitent de leur succès pour renvoyer l’ascenseur aux jeunes entreprises innovantes françaises, à l’opposé de ce qui fait outre-atlantique avec la Silicon Valley ou encore à Londres.

Pour atteindre cet objectif, le Premier ministre  a chargé les ministres Emmanuel Macron (Economie) et Michel Sapin (Finances)

« de mettre en place un véhicule d’investissement adapté aux entrepreneurs-investisseurs, qui doit voir le jour très rapidement « .

Un « compte entrepreneur » devrait donc voir le jour et permettre d’éviter des taxations systématiques, même si un investisseur continuera à payer des impôts lorsqu’il cède sa participation dans l’entreprise. Il existe tout de même certains montages fiscaux via des holdings permettant aux investisseurs déviter cette taxation mais ce nouveau « compte-entrepeneur » permettra aux « business angels » de ne plus être submergés par les taxes qui constituent les principaux freins à l’entreuprenariat. Ils devront néanmoins veiller à investir dans des start-up et pas dans leur propre entreprise. 

Autre annonce du Premier ministre,  le versement de 20 millions d’euros supplémentaires à l’Agence France Entrepreneurs (AFE) qui a été annoncée par François Hollande début 2015, toujours en cours de lancement. Cette somme s’ajoute aux 60 millions dont l’AFE dispose déjà et proviendra de crédits budgétaires à indiqué Matignon.

Hilal El Aflahi

Écrit par Hilal El Aflahi