Samedi 6 février 2016, une manifestation était organisée par Pegida France, mouvement d’extrême droite. Celle-ci était interdite par le ministère, de peur de débordements.

La seule chose qui a été retenue de cette manifestation : l’arrestation du Général Piquemal.

General-Piquemal-Je-ne-regrette-absolument-pas-d-etre-alle-a-Calais-!

Cette manifestation, bien qu’interdite, a eu lieu réunissant une centaine de personnes. Cette démonstration, hostile aux migrants, n’a pas engendré de dégradations de bâtiments ni de réels heurts entre forces de l’ordres et manifestants.

Mais, de son caractère interdit dans une période d’état d’urgence, plusieurs arrestations ont été effectuées. Quatre pour «  port d’armes illégales ».

Mais celle qui a retenue le plus l’attention c’est celle du Général Piquemal, 75 ans, ancien patron de la Légion Etrangère.

Il est poursuivi pour « participation à un attroupement qui ne s’est pas dissout après sommation ».

L’extrême droit mobilisée

Une situation inconcevable pour le Front National qui dénonce un acharnement ainsi qu’un laxisme de la part du gouvernement.

Pour les partisans de la droite ainsi que de l’extrême droite, cette manifestation n’avait pas lieu d’être interdite. Surtout après deux manifestations d’extrême gauche autorisées organisées par No-Borders. Celles-ci avaient amenées à de nombreux heurts entre forces de l’ordre et manifestants.

Une situation « deux poids deux mesures » décriée par les républicains et le FN.

On ne condamne pas les No-Borders mais un Général de 75 ans, figure française de l’armée, n’ayant engendré aucun débordement. Voilà ce que prône l’extrême droite. Rappelons que les manifestations de No-Borders étaient autorisées à l’inverse de celle de Pegida. De plus, le Général n’a pas été arrêté et assimilé à des casseurs. Son arrestation est du à sa présence dans une manifestation non autorisée pendant l’Etat d’urgence.  

Certains rappellent que sa présence était une faute grave et qu’une figure telle que le Général Piquemal se devait de respecter les règles en période d’Etat d’Urgence.

 

Alix Watin-Augouard

Écrit par Alix Watin-Augouard