Mal-logement : qu’a fait Hollande ?

La fondation Abbé Pierre a publié mardi 31 janvier son rapport annuel sur le logement. Résultat : un bilan en demi-teinte pour François Hollande, qui n’a pas réussi à atteindre les objectifs qu’il s’était fixés.

© Présidence de la République Patrick Doutreligne, délégué de la Fondation Abbé Pierre et Dominique Jeanningros, administrateur, remettent à François Hollande et Sylvia Pinel le 20e rapport sur l’état du mal-logement le 2 février 2015

Le logement était pourtant au cœur de ses objectifs. En 2012, François Hollande signait d’ailleurs le Contrat social de la Fondation Abbé Pierre et promettait la construction de 500.000 logements par an, dont 150.000 à caractère social. Cinq ans après, la Fondation a rendu son bilan : seuls 400.000 ont été construits et les mal-logés sont au nombre de 4 millions (en comptant les sans-abris), ce qui représente 1 Français sur 4. Entassées dans une habitation minuscule ou insalubre, vivant à l’hôtel faute de mieux, dans les squats ou dans la rue, les personnes victimes de mal-logement connaissent des situations diverses. Pire, les chiffres sont en hausse concernant les familles risquant l’expulsion. Par ailleurs, la Fondation dénonce des logements sociaux de plus en plus chers, et une politique qui facilite surtout les contribuables aisés, au détriment des personnes dans le besoin. De plus, le budget mis à disposition pour ce qui semblait être un problème primordial pour François Hollande est tout bonnement insuffisant. 

Quelques points positifs

La Fondation a tout de même rendu hommage à certaines mesures du quinquennat, comme la TVA à taux réduit et la vente de terrains publics à bas prix. La loi Alur, mise en place par Cécile Duflot, a également été saluée, mais elle doit être renforcée : elle n’est appliquée qu’à Paris et à Lille alors qu’elle devait prendre effet dans plusieurs grandes agglomérations. Le nombre de places de relogement d’urgence (40.000) a aussi augmenté, même si les nuitées à l’hôtel sont privilégiées, au détriment d’un logement stable. Des avancées qui restent encore insuffisantes face au problème de logement que connaît la France. 

La Fondation Abbé Pierre a d’ores et déjà fixé cinq prochains objectifs aux candidats à la présidentielle de 2017.  

Loanne Jeunet

Écrit par iejpedago