Lutte anti-terroriste : ce que la loi sur le renseignement va changer

Notre sécurité s’apprête à être renforcée grâce à un projet de loi sur le renseignement, présenté aujourd’hui en conseil des ministres. Le texte prévoit notamment des mesures clés renforçant la surveillance de la communication de tous les internautes au nom de la lutte contre le terrorisme.

Officiellement, ils n’existent pas mais officieusement cela fait plus de trente ans qu’ils œuvrent dans l’ombre. Les services de renseignement vont enfin être officialisés lors de la présentation du projet de loi « Renseignement », en préparation depuis près d’un an. Avec ce projet de loi, les moyens qui étaient auparavant uniquement autorisés aux services de renseignement deviennent aussi autorisés aux services de police, dans le cadre d’instructions judiciaires.

Les autorités vous pouvoir surveiller ce que les internautes tapent sur leur clavier ©Pixabay

Les autorités vous pouvoir surveiller ce que les internautes tapent sur leur clavier ©Pixabay

Plus précisément, le texte prévoit le « recours à des appareils enregistrant les paroles et les images de personnes ou à des logiciels captant les données informatiques ». En d’autres mots, la pose de micros et de caméras est désormais autorisée.

Parallèlement, l’utilisation de logiciels espions (dits « keyloggers ») qui enregistrent ce qu’un utilisateur pianote sur son clavier est également autorisée. Seulement cette technique plus intrusive, sera limitée à deux mois contre quatre pour les écoutes.

A voir aussi : Manuels Valls annonce de nouvelles mesures anti-terrorisme

Les personnes qui pourront poser ou retirer tous ces dispositifs de captation sont des « agents spécialement habilités ». Ils se situeront dans un véhicule ou un domicile avec un « système automatisé de traitement de données ». La géolocalisation est également renforcée car ces agents pourront poser des balises afin de trouver en temps réel un véhicule ou un objet. Dans le même genre, ils pourront avoir recours à des « dispositifs mobiles de proximité » qui leur permettront de situer le périmètre d’un téléphone mobile en marche.

Mélody Husson

Écrit par Solène Collas