Les plus grandes maisons et publications se l’arrachent, et il fera le mois prochain la couverture du GQ américain. On craque pour le parcours de ce jeune adolescent de dix-sept ans aux multiples talents.
C’est dès 2010 que Lucky Blue Smith signe chez la prestigieuse agence Next Model Management à Los Angeles, et suivant les conseils de son agent il décide de se teindre en blond platine, sa coiffure devient alors sa signature. Depuis 2015 il défile pour Versace, Michael Kors, Tommy Hilfiger, Balmain et est depuis peu égérie de L’Oréal Paris. Ce succès n’est pas uniquement dû à sa silhouette androgyne, son regard bleu azur et son allure d’adolescent rebelle; car c’est sa présence sur les réseaux sociaux et ses deux millions de followers sur Instagram qui lui ont permit de se faire connaître. Attaché à la proximité avec ses admiratrices, le jeune mannequin n’hésite pas à les inviter après les défilés dans la rue et provoque des émeutes dignes d’un concert des One Directions.
De plus, très proche de sa famille, qui l’a élevé selon le culte mormon, Smith veut percer dans la musique avec son groupe The Atomics, composé de ses soeurs et lui-même. Et il fera ses premiers pas au cinéma à l’automne 2016 dans « Love Everlasting » de Rob Diamond. D’ici là le public des défilés le retrouvera à Paris entre le 22 et 26 Juin pour la Fashion Week masculine.

Écrit par Dan Narayanin