L’organisme des femmes d’Ile-de-France riche en… perturbateurs endocriniens !

En moyenne, près de 21 substances chimiques dangereuses pour les foetus ont été détectées dans l’organisme des femmes en âge de procréer de la région Ile-de-France. C’est en tout cas ce que révèle une enquête publiée hier par l’association Ecologiste Générations Futures.  

Cela a de quoi faire peur mais selon cette enquête, les futures mamans habitant en Ile-de-France seraient donc porteuses de poisons. En réalité, le mot est un peu fort. Selon les experts, il s’agit de ce que l’on appelle des perturbateurs endocriniens. On retrouve parmi ceux-ci des substances telles que le bisphénol A, le parabène ou encore le phtalate. Le problème, c’est que ces produits, potentiellement toxiques, sont d’autant plus dangereux pour nous lorsque nous sommes dans nos états les plus fébriles : ceux de foetus et de l’enfance. C’est pour cette raison que les mères sont directement visées par cette étude.

En effet, c’est au cours des premières semaines de vie que les organes se forment, et que les fonctions organiques se mettent en place. Ainsi, une perturbation de ce processus de développement de l’enfant peut être aussi grave qu’irréversible.

L’enquête, bien qu’alarmiste, n’a été réalisée que sur un échantillon de 28 femmes. Un panel évidemment bien trop faible pour tirer des généralités de ces résultats.

Pour plus d’information, l’enquête complète de Générations Futures.

Anthony Poulain

Écrit par essianthony