Londres, la ville où il fait bon vivre

Ces quarante dernières années, la population londonienne est passée de 7,5 à 8,2 millions d’habitants. Dans le même temps, le nombre de Londoniens nés au Royaume-Uni a chuté de plus d’un million. Ce sont donc les personnes nées à l’étranger qui sont, entre autres, responsables de la croissance. Mais pourquoi les étrangers – et en particulier les Français – viennent-ils s’installer à Londres ?

Remy Prénom, 26 ans, a quitté Paris pour s’installer à Londres depuis presque un an. Comme lui, environ 300.000 expatriés français vivent dans la capitale britannique. Ce sont souvent des cadres qui y emménagent avec le projet d’une vie nouvelle ou celui d’envoyer leurs enfants dans des universités britanniques prestigieuses. Les entrepreneurs plébiscitent quant à eux la capitale britannique car les charges patronales y sont moins lourdes qu’en France. A noter enfin que l’impôt sur la fortune n’existe pas en Grande-Bretagne. Les jeunes, eux, s’expatrient soit pour devenir bilingues, soit parce qu’ils sont peu qualifiés et à la recherche d’un emploi. La ville anglaise est en effet riche en offres d’emploi malgré des conditions salariales difficiles.

Remy, lui, avait déjà vécu une première fois à Londres en 2012 pour améliorer son anglais. Après être revenu 4 ans en France pour finir ses études de photographie, il a décidé de repartir. « Il est plus facile de trouver une place de photographe à Londres qu’en France, explique-t-il. Les possibilités de logement sont également plus nombreuses, même si les loyers sont extrêmement élevés« .

« The most expensive« 

En effet le prix de l’immobilier est en constante augmentation dans la ville de Shakespeare, et celle-ci est même considérée comme la plus chère du monde. Ce constat a été fait par l’agence immobilière Savills : vivre et travailler à Londres coûterait ainsi deux fois plus cher qu’à Sydney et quatre fois plus qu’à Rio de Janeiro. Cependant cette situation ne dissuade pas les étrangers de venir s’y installer, alors que les Londoniens, quant à eux,  ont plus de mal à quitter leur ville d’origine.

« The most pleasant place to live« 

La ville de big brother est considérée comme l’une des villes européennes les plus dynamiques et offrant le plus d’opportunités, sur le plan professionnel et culturel. « C’est vrai qu’il y a plein de choses à faire à Londres, pleins de musées gratuits, mais pour ce qui est payant tout est très très cher« , remarque Remy.  « When a man is tired of London, he is tired of life; for there is in London all that life can afford » (« Quand un homme en a assez de Londres, il en a assez de la vie ; car il y a à Londres tout ce que la vie peut apporter « ), affirmait Samuel Johnson, auteur britannique, en 1777. Pour Remy, depuis le Brexit, la ville a pris une tournure moins agréable. En effet les actes racistes ont doublé depuis que la Grande-Bretagne a quitté l’Europe. Reste à savoir si l’attractivité de Londres restera intacte.

Reportage Itélé

Shade Vetier

Écrit par iejpedago