Loi Macron: les auto-écoles grognent

Les auto-écoles vont mener ce lundi matin une nouvelle opération escargot de Roissy Charles De Gaulle jusqu’à Porte de Vincennes. Le but: protester contre certains amendements de la loi Macron qui seront étudiés à l’Assemblée nationale la semaine prochaine.

Ils étaient entre 806 véhicules selon la police et 2000 selon les organisateurs, à paralyser le périphérique et certains quartiers de Paris vendredi dernier. « Auto-écoles en colère, Macron démission », les auto-écoles veulent de nouveau contester la réforme sur le permis de conduire.

Une mesure qui prévoit: 

– des contrats de formation et d’évaluation à distance,
– donner la possibilité aux loueurs de voitures équipées de doubles commendes de former eux même à la conduite,
– supprimer du seuil minimal de vingt-heures de cours avant présentation de l’examen
– la possibilité de recourir à d’autres intervenants que les inspecteurs pour le passage des examens pratiques au permis.

La libéralisation de cette profession inquiète les manifestants qui craignent une baisse de la sécurité routière. Cette réforme nuirait également aux intérêts des élèves qui souffriraient d’une formation à la conduite moins efficace.

Les organisations participant à l’opération (l’UNIC, SNPA,UNIDEC, FNEC) rappellent  que l’objectif du gouvernement était de réduire le nombre nombre de morts sur la route au dessous du seuil des 2000 d’ici 2020. Un pari loin d’être gagné, puisque le gouvernement a enregistré 3.388 morts en 2014, des chiffres en hausse par rapport à 2013. Les manifestants redoutent l’augmentation du nombre de tués sur la route à cause des effets néfastes de cette réforme.

Les auto-écoles appellent le premier ministre à un rééquilibrage et un meilleur arbitrage, pour la rédaction d’une nouvelle réforme plus juste et consensuelle.

Des opérations escargot sont prévues dans  13 autres villes dont Marseille, Grenoble, Lyon et Bordeaux.

Andréa Bénisti

 

Écrit par tomandrea