Loi du travail : l’UNEF souhaite amplifier les manifestations

La loi El Khomri, qui a provoqué le plus grand rassemblement depuis le mariage pour tous, a forcé le gouvernement à ouvrir le dialogue avec les syndicats et associations étudiantes, reçues aujourd’hui à Matignon. Le débat progresse mais un accord ne semble pas prêt d’être trouvé.

Ce matin, les syndicats étudiants de l’UNEF (Union Nationale des Etudiants Français) et de la FAGE(Fédération des Associations Générales Etudiantes) étaient reçus à Matignon où les attendaient le Premier ministre ainsi que les ministres du Travail et de l’Economie. Si la FAGE semble satisfaite, pour le moment, ce n’est pas le cas de l’UNEF qui explique que « Aucune des réponses apportées n’est satisfaisante sur les sujets de fond. ». Il est ici fait référence à plusieurs points, notamment la simplification de rupture de contrat de travail, qui permettraient aux entreprise de licencier plus facilement; le fractionnement des onze heures de repos consécutives obligatoires qui permettrait à l’employeur de contacter un employé durant ses heures de repos ou encore des heures supplémentaires qui seraient payées… Trois ans plus tard. Le syndicat appelle donc à continuer et amplifier la mobilisation. Dans l’après-midi ce seront les associations étudiantes telles que l’UNL, la SGL et la Fidl qui seront reçues par les ministres. François Hollande a de son côté indiqué qu’il estimait important de modifier certains points du projet de loi, mais qu’il excluait tout retrait. À l’inverse une pétition visant a l’interdire a recueilli plus d’un million de signatures sur internet.

Clément Béziat

Écrit par Clement Beziat