La politique de logement coûterait près de 46 milliards d’euros à l’Etat. Un rapport met aujourd’hui en cause les modalités d’attributions de certaines aides. Dans le viseur du gouvernement les APL. 

Les APL qu’est-ce-que-c’est?

L’aide Personnalisée au Logement est une allocation versée tous les mois aux locataires et propriétaires. Le montant varie actuellement de 60 à 200 euros.

Comment y avoir accès?

Il faut remplir un dossier sur le site de la CAF. L’aide peut être versée sur le compte du locataire ou directement au propriétaire.  Elle dépend de certaines conditions: la situation familiale, les ressources, le type de logement. Tous les logements ne sont pas concernés par les APL. Il faut que le propriétaire ait signé une convention avec l’état qui l’engage à louer sous certaines conditions. Un étudiant ne peut pas toucher d’aide si le logement appartient à un parent.

Un rapport du Conseil Général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) prévoit de remettre en cause cette aide.

Qu’est ce qui va changer?

Le but est de resserrer les critères d’attribution. Si les parents disposent d’une résidence secondaire ou d’un logement en location, l’étudiant ne pourra plus toucher l’aide. Jusqu’à maintenant, le système de calcul ne prenait pas en compte le revenu versé par les parents aux étudiants. Revenu estimé de 850 à 2334 euros. Dans la nouvelle réforme, les étudiants dans cette situation ne pourront plus toucher les APL. Le nouveau texte cherche à mettre fin à la possibilité d’être rattaché fiscalement à ses parents.

Quel est le but de cette réforme?

Ces mesures chocs ont pour objectif de faire des économies dans la politique du logement. Le gouvernement cherche à économiser près de 4 milliards d’euros par an. Les coûts engendrer par les APL sont trop élevés et administrativement trop complexe: ils représentent 2% du PIB.

La réforme permettrait d’économiser environ 400 millions d’euros.

Mélina Acef

 

Écrit par melinaemerson