Les limites du système D

Le « Do It Yourself » fait chaque année de plus en plus d’adeptes. En 2013, ils étaient 60% en France à déclarer s’y adonner. Une activité qui permet de faire des économies. Mais tout faire soi-même n’est pas sans risques…

Vous vous en souvenez peut-être: en novembre dernier, la youtubeuse EnjoyPhoenix était au coeur d’une polémique à cause d’un masque à la cannelle. Si la jeune femme de 21 ans en vante les mérites sur sa chaîne Youtube, suivie par près de 2 millions de personnes, le masque a pourtant eu des conséquences inattendues. Certaines de ses abonnées se sont ainsi retrouvées avec des plaques rouges sur le visage, voire même des brûlures pour certaines ! Une affaire depuis renommée le « CannelleGate » par une partie de la presse féminine.

Enjoy Phoenix de son vrai nom Marie Lopes a créer la polémique avec son masque à la canelle. @Youtube

Enjoy Phoenix de son vrai nom Marie Lopes a créer la polémique avec son masque à la canelle. @Youtube

L’exemple de la jeune Marie Lopez, de son vrai nom, montre que faire soi-même des cosmétiques n’est pas sans conséquences. En effet, même si les produits sont dits naturels, ils peuvent entraîner des réactions d’allergie ou d’irritation, comme ce fut le cas pour la cannelle. Peu le savent, mais cette plante est connue pour être « une plante allergisante« , comme l’explique la dermatologue Isabelle Oliveres-Gouthi à 20 Minutes. Ainsi, il faut toujours vérifié, avant utilisation, les effets secondaires des produits ou plantes que l’on mets dans ses produits de beauté homemade. Elle rappelle également que « tous ces masques sans contrôle médical n’ont aucune valeur scientifique. »
L’observatoire des cosmétiques ajoute que pour limiter les problèmes, les soins faits maison doivent être bien conservés, c’est-à-dire ne pas « être exposés à la lumière, l’humidité, ou à la chaleur de la salle de bain« . Christine Lafforge, dermo-pharcologue ajoute que « les produits faits maison sont souvent faits rapidement et manquent donc de stabilité« . Il faut aussi qu’ils soient conservés dans des flacons propres.

Le bricolage fait maison, pas toujours une bonne idée

Le beauté n’est pas le seul secteur dans lequel les Français veulent se débrouiller par eux-mêmes. C’est le cas aussi pour leur maison et leur intérieur. Beaucoup se veulent bricoleurs et font des travaux par eux-mêmes. Seulement, si monter une armoire est souvent sans risques, faire des travaux d’électricité s’avère plus complexe. Si la loi autorise les particuliers à faire eux-mêmes leurs travaux de rénovation électrique (tout en respectant certaines normes), cela ne protège pas d’accidents éventuels, comme l’explique Joe Lec, électricien.

« Faire des modifications soi-même est un gros risque. Le domaine de l’électricité est un secteur qui demande d’avoir certaines compétences, car manipuler un courant électrique représente une réel danger. On peut se faire électrocuter ou déclencher un incendie.« 

Essayer de faire par soi-même peut aussi entraîner un manque à gagner. En effet, avec l’explosion des tutoriels sur internet, beaucoup se sentent capables de réparer par eux-mêmes leur électroménager. Gérard Mercaldo, réparateur depuis 25 ans, voit souvent des clients venir à son atelier pour essayer de limiter les dégâts dus à une tentative de réparation homemade. « Contrairement à ce qu’on pense, tout le monde n’est pas capable de réparer son lave-vaisselle par exemple. Il ne suffit pas d’ouvrir la machine pour trouver une panne. Si au départ, ce n’était pas grand chose, la facture peuvent vite monter après avoir essayé de réparer la machine tout seul. » Le réparateur n’est pourtant pas près de voir ses clients cesser de tenter de réparer par eux-mêmes : aujourd’hui, 80% des Français sont adeptes du bricolage.

Marjolaine Margue

A lire également les articles du dossier:

D’ou viennent ces systèmes D ?

WANTED# Bonsplans: Le système D en réseau

Beauté, bricolage : Le B.A.ba de la débrouille

Les systèmes zéro euros

Écrit par marjolaine.margue