Ligue 1: les tops et les flops à la mi-saison

A la moitié de la saison de Ligue 1, retour sur les principaux tops et flops du championnat de France de football.

Ca y est, nous y sommes, la 19ème journée de Ligue 1 s’est déroulée hier soir sur les différentes pelouses de l’Hexagone. C’est donc l’heure de la trêve hivernale, tant redoutée par les plus passionnés, qui marque la fin de la première moitié de saison du championnat de France. Surtout, c’est déjà l’occasion de dresser un premier bilan de ces premiers mois de compétition.

Quels ont été les points positifs ? Et au contraire, quels ont été les flops, de ce qui ne constitue que la première mi-temps d’un long championnat ?

LES TOPS :

1) Le Paris Saint-Germain, leader de classe mondiale


Avec 50 points au compteur, dont 9 d’avance sur Monaco, son dauphin et pourtant champion en titre, le club de la capitale a véritablement écrasé le championnat. Emmené par son équipe de stars et son attaque de feu, Cavani, Mbappé et Neymar comptant 38 buts à eux trois, le PSG a affiché un niveau de jeu impressionnant, que l’on pensait réservé aux autres championnats.

2) Un championnat plus disputé que jamais

Ne dit-on pas que dans un championnat relevé, il n’existe pas de petites équipes ? Quoi qu’il arrive, cela semble être le cas cette année. A titre d’exemple, en deuxième partie de tableau, pas moins de 9 équipes se tiennent en seulement 6 points. De la même manière, la lutte fait rage à tous les niveaux, et notamment pour obtenir son billet pour la prestigieuse Ligue des Champions.

3) Des buteurs en pleine bourre

Lors de cette phase aller, les attaquants ont brillé et fait trembler les filets avec assiduité. En effet, dans le sillon d’Edinson Cavani et Radamel Falcao, respectivement auteurs de 19 et de 15 réalisations, les autres sont loin d’être à la peine, et pourraient dépasser la barre symbolique des 20 buts inscrits en fin de saison. Parmi eux, les Lyonnais Mariano Diaz et Nabil Fekir, 13 buts chacun, mais aussi Neymar (11 buts) ou Mario Balotelli (10 buts).

LES FLOPS :

1) Des prétendants européens ? Pas vraiment…

Cet été, les discours des uns et des autres annonçaient de nouvelles ambitions, motivées par des mercatos prétendus ambitieux et/ou des entraîneurs de renom. Finalement, il n’en est rien. A Lille, à Bordeaux ou encore à l’AS Saint-Etienne, c’est bel et bien la crise qui règne. A la mi-saison, aucun ne dépasse les 20 points, tous sont situés au-delà de la 15ème place, et la lutte pour le maintien pourrait devenir un objectif.

2) Un climat de plus en plus anxiogène

C’est un constat, entre les débordements de supporters (envahissements de terrain et huis clos trop nombreux), les problèmes récurrents d’arbitrage et les décisions contestées de la Commission de discipline de la LFP, l’ambiance n’est pas vraiment à la fête en Ligue 1. Si à l’image du derby bouillant entre l’AS Saint-Etienne et l’Olympique Lyonnais, le pire a peut-être été évité, l’image renvoyée par le championnat de France n’est pas au beau fixe.

3) La goal-line technology défaillante.

Le système, censé faire vibrer la montre de l’arbitre dès lors que le ballon franchit la ligne de but, afin d’éviter d’éventuelles polémiques, n’est pas vraiment au point. Ce fût encore le cas samedi dernier, lors de la rencontre opposant Amiens à Troyes, durant laquelle la goal line avait annoncé un but valable, et ce alors qu’il ne l’était pas. Défectueux, le système pourrait même disparaître pour le reste de la saison.

Simon Fuentes

Écrit par IEJ3A