Libye : nouveau point d’ancrage de l’Etat islamique ?

Le groupe terroriste a profité de l’instabilité politique du pays pour s’y implanter. Présent en Libye depuis un peu plus d’un an, l’EI a déjà réussi à imposer la terreur. Daech est désormais le seul maître dans la région portuaire de Syrte qui semble constituer leur fief principal, et son expansion fait craindre le pire. 

Fort de leur notoriété acquise en quelques années, Daech marche désormais sur les cendres encore chaudes de la révolution de 2011 et de la déliquescence de l’état libyen.

Derna en octobre 2014. Syrte, ville natale de Kadhafi, en mars 2015. Deux villes côtières déjà sous domination djihadiste. En un an, l’EI a donc réussi à s’implanter pour la première fois hors de la zone irako-syrienne. Ce choix est stratégique et représente une menace à court et long terme pour le pays, mais également pour toute la région méditerranéenne. En effet, carrefour entre Afrique, Moyen-Orient et Europe, la Libye serait, selon les penseurs de l’EI, un des meilleurs moyen pour étendre ce qu’ils considèrent comme leur califat. Ils ont d’ailleurs déjà décrété le pays « terre du Djihad ».

Carte de la Libye ©Wikipédiacommons

Si les combattants de l’organisation terroriste n’étaient que 400 à leur arrivée sur la côte méditerranéenne,  il semble que leur effectif ait quintuplé. Selon les experts de l’ONU, 2000 combattants, majoritairement originaires du Maghreb, auraient convergé vers le pays.

Pour assoir leur suprématie, leur stratégie d’enlisement au Nord serait complétée par des attentats dans tout le pays, ainsi que par des tentatives de contrôler les grands axes routiers menant au sud du pays. Un scénario qui se révélerait dramatique si elle se produit. Les djihadistes mettraient ainsi la main sur une de leur principale source de financement : le pétrole.

À lire aussi : Le pétrole, coeur du financement de Daech 

Chloé Le Ribaut

Écrit par chloe.leribaut