Levothyrox : début d’une grande page judiciaire

Le procès dans l’affaire de ce médicament contre les troubles de la thyroïde, accusé de nombreux effets secondaires néfastes, s’ouvre ce mardi.

Les plaignants dans l’affaire du Levothyrox rencontrent, ce mardi 19 décembre, le laboratoire Merck, fabricant du produit, au tribunal d’instance de Lyon pour une première audience. Ils doivent convenir d’un calendrier avec le président du tribunal.

Le Levothyrox, médicament prescrit contre les troubles de la thyroïde a vu sa formule changée au mois de mars dernier. A la suite de ces modifications, 15.000 personnes se sont plaintes auprès de l’ANSM.

Crampe, vertige, fatigue intense, perte de cheveux… tels sont les effets secondaires développés par les malades en prenant la nouvelle formule du Levothyrox. Ces derniers n’auraient pas été prévenu.

« Nous demandons la reconnaissance d’un défaut d’information du laboratoire Merck. On ne comprend pas pourquoi on a changé un médicament qui marchait très bien sans informer les patients« , explique Christophe Leguevaques, l’avocat des plaignants, à France-Bleu.

10.000 euros d’indemnisation

Les plaignants souhaitent une reconnaissance. Ce mardi, l’avocat toulousain Christophe Léguevaques dépose une partie des dossiers et les autres seront progressivement transmis au tribunal jusqu’au mois de février. L’avocat demande 10.000 euros d’indemnisation par patient : 5.000 pour défaut d’information et 5.000 pour le préjudice d’angoisse.

Les plaignants souhaitent que « la fabrication de l’ancienne formule avec du lactose soit maintenue » souligne leur avocat sur France-Info. Une option possible puisqu’il existe une usine à Bourgoin-Jallieu en Isère qui continue à fabriquer du Levothyrox avec du lactose pour le marché italien.

Le procès civil n’aura pas lieu avant le mois de septembre 2018. Une enquête pénale est également instruite par le pôle santé du tribunal de grande instance de Marseille, où d’autres plaintes ont été déposées.

Manon Varaldo

Écrit par Manon Varaldo