Les trésors du musée chinois de Fontainebleau dérobés

Vers six heures du matin, le château de Fontainebleau situé à 55 kilomètres de Paris a été victime d’un cambriolage. Le monument abritait un musée chinois aux multiples trésors. 

« Ce sont probablement des gens très professionnels qui connaissaient bien les lieux et le système de fermeture. », déclare Jean-François Hébert. La détresse du président de l’établissement public est profonde. Au total, une quinzaine d’oeuvre chinoises et thaïlandaises aux valeurs inestimables ont été dérobées. Les malfaiteurs ont parfaitement orchestré leur coup : en seulement sept minutes, ils ont même eu le temps d’effacer toutes leurs traces grâce à un extincteur, évitant aussi les caméras de surveillance.

S’infiltrant dans la partie la plus convoitée du château, les cambrioleurs se sont emparés notamment de la réplique de la couronne du roi de Siam, offerte en 1861 à Napoléon III , par l’ambassade de l’ancienne Thaïlande. On peut également noter la disparition d’une chimère chinoise du règne de Qianlong (XVIIIe siècle) ou d’un mandala tibétain en corail et en or. « C’est un traumatisme terrible pour le château », avoue M. Hébert.

Le dernier cambriolage du célèbre château, aménagé en partie par l’impératrice Eugénie elle-même, datait de 1995. La Police Judiciaire de Melun et l’Office central de lutte contre le trafic illicite des biens culturels ont été chargés de l’enquête.

Maximilien Cagnard

 

Écrit par maxantoine