Les terroristes s’intéressaient à une centrale nucléaire belge

Une vidéo inquiétante a été saisie chez l’épouse d’un homme incarcéré pour sa complicité avec les terroristes de Paris. Sur les images, on voit un homme, haut cadre du nucléaire belge, faire des allées et venues. Que cherchaient les terroristes ?

Au départ, les enquêteurs ont eu du mal à comprendre l’intérêt de la vidéo : on y voit la porte d’entrée d’une habitation située en Flandre, dans un plan fixe d’une dizaine d’heures. Un homme entre et sort. Après identification, il s’agit du directeur du programme de recherche et de développement nucléaire en Belgique qui est espionné sur cette vidéo récupérée au cours d’une perquisition chez l’épouse de Mohamed Bakkali, arrêté le 26 novembre et inculpé en Belgique pour « assassinats terroristes » ou « participation aux activités d’un groupe terroriste » Celui chez qui la vidéo a été saisie serait non seulement le locataire de l’appartement dans lequel une empreinte de Salah Abdelslam a été retrouvée, mais a aussi été repéré à bord d’une voiture BMW à côté des planques des djihadistes en Belgique en partance pour Paris.

A lire aussi : les kamikazes du Bataclan visaient une centrale nucléaire belge 

Wikipedia Commons

Centrale nucléaire belge

Des images impossibles à dater

Les terroristes de Paris prévoyaient-ils de perpétrer une attaque nucléaire ? Les images, captées grâce à une caméra probablement cachée dans un bosquet, sont impossibles à dater. Savoir si elles remontent à l’avant-attentats ou ont été tournées après le 13 novembre relève pour l’instant, du défi. L’attaque visait-elle une personne précise ou la surveillance était-elle justement organisée dans le but d’avoir le maximum d’informations sur la centrale, située à Mol, près d’Anvers ? Ce centre de recherche est doté d’un réacteur expérimental et d’un réacteur d’essai de matériaux. Autant de questions auxquelles les enquêteurs vont devoir répondre.

Rafaëlle Dorangeon

Écrit par Rafaelle Dorangeon