Les téléphones portables, seront-ils autorisés au centre des semi-libertés ?
Malgré l’opposition des syndicats de gardiens, la présence de téléphones portables dans les centres de semi-liberté sera validée.

Le Contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL), Jean-Marie Delarue, s’est redit favorable mercredi à ce que les détenus soient autorisés à posséder un téléphone portable, qui constituerait un « facteur considérable d’apaisement » de la détention. « Je crois que, le jour venu, il faudra autoriser les téléphones portables en détention », a déclaré M. Delarue lors de son audition devant la commission des Lois de l’Assemblée nationale.

Aujourd’hui, les téléphones portables sont interdits aux détenus, qui ne peuvent utiliser librement que les téléphones fixes accessibles dans les établissements pénitentiaires. Les conversations sur ces postes fixes sont susceptibles d’être écoutées par le personnel pénitentiaire pour raisons de sécurité. Dans un avis du 10 janvier 2011, le Contrôleur avait déjà estimé qu' »une réflexion (s’imposait) sur les conditions dans lesquelles ces appareils pourraient être utilisés, dès lors que les mesures de sécurité et de contrôle légitimes pourraient trouver à s’appliquer ».

Début janvier, des détenus de la prison des Baumettes à Marseille ont publiés des selphies sur internet. Ces photos que l’on prend avec la face avant de son portable afin de réaliser des clichés de soi même.

Selon le journal du Figaro, la direction pénitentiaire a validé le mercredi 4 février des téléphone mobile dans les centres de semi-liberté et dans les centres d’aménagement de peines.

Une décision sera prise par décret dans un mois, le temps contre l’avis les syndicats de gardiens, comme l’UFAP.

Les gardiens sont révoltés par la décision de la direction, surtout après les attentats de Charlie hebdo qui ont endeuillé la France et le débat sur la radicalisation en prison.

La situation est loin de plaire à tout le monde. En effet, sachant que la mesure sera bénéfique à des personnes vivant à l’extérieur la journée, l’enjeu peut sembler limité à certains.

 

 

Le telephone portable a encore de beaux jours devant lui dans les prisons Françaises.

Antoine Ruef

Écrit par kevandhouss