Les systèmes 0€

Avec un pouvoir d’achat en berne, les consommateurs n’ont de cesse de chercher de nouveaux modes de consommation. Troc, magasin libre-service…Tout les moyens sont bons pour réduire la facture. 

C’est à Paris qu’est née la première boutique sans argent. Créée à l’été 2015, Siga Siga est rapidement devenue une institution pour les adeptes du système D. Ici, tout est gratuit. Le fonctionnement est simple : une personne vient à la boutique, prend les objets dont elle a besoin et repart avec, sans avoir déboursé le moindre centime. Ce magasin est en réalité une association, qui tente de lutter contre la surconsommation. Les locaux prêtés par la mairie du XIIème arrondissement, permettent de n’ avoir d’autres frais que ceux des salaires des employés, payés par la municipalité.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nathan travaille à la maison des associations du XIIème arrondissement de Paris. Il se retrouve parfois derrière le comptoir de Siga Siga.

 

 

Parallèlement à ce système, le troc commence à prendre de plus en plus d’ampleur en France. Le concept : échanger un objet contre un autre, d’une valeur à peu près équivalente. Ce phénomène s’est démocratisé avec l’apparition de nouveaux sites internet comme Le Comptoir du Troc ou encore G Change Tout. Selon une étude IPSOS, le troc représente actuellement  11% des échanges collaboratifs des 15-75 ans. Si les boutiques de troc n’ont pas encore vu le jour dans la capitale française, certains Parisiens n’hésitent pourtant pas à le pratiquer et à en faire un jeu. Ce mercredi 16 mars a eu lieu le jeu de l’orange. Le principe ? Partir avec une orange dans les rues de Paris et revenir avec des objets qui ont plus de valeur.

 Léa Bourdon

 

A lire également les articles du dossier:

D’ou viennent ces systèmes D ?

WANTED# Bonsplans: Le système D en réseau

Beauté, bricolage : Le B.A.ba de la débrouille

Les Limites du système D

 

Écrit par Léa Bourdon