Les régions face au surendettement

Deux jours avant les seconds tours des régionales 2015, il est l’heure de se pencher sur l’économie de nos régions et plus précisément, leur situation face à la dette. 4 régions sur 13 possèdent une dette supérieure à 2 milliards d’euros selon l’Institut Montaigne. Une situation dont il sera difficile de s’extirper par le futur.

Capture d’écran 2015-12-11 à 12.26.45

Un endettement en hausse dans toute la France

4,7 milliards d’euros. Il s’agit de la dette de l’Ile de France ainsi que la dette la plus élevée de France. L’observation a été réalisée par l’Institut Montaigne via son site internet www.electionsregionales2015.fr. Plusieurs autres régions détiennent aussi une palme. La Corse possède la dette la moins importante mais la plus élevée par habitant ou encore la Bretagne la dette la moins importante. « Des régions aux recettes de plus en plus faibles et des capacités régionales en hausses. Conséquence : les régions empruntent plus. » explique Yves Luchaire, professeur à Sciences Po Aix et spécialiste des collectivités territoriales.

Selon l’Institut, les régions ont vu voir leurs dépenses de fonctionnement croître au fil des années. Leur capacité à investir s’est donc vu réduite. Un choix a dû être fait, investir moins ou emprunter plus. Des élections approchantes, les politiques ont souhaité continuer à investir dans les différentes régions, les différentes dettes ont donc  considérablement augmenter. Des investissements onéreux qui plongeront les régions les plus touchées par la dette dans des situations de désendettement compliquées.

Capture d’écran 2015-12-11 à 12.32.20

Un désendettement sur plusieurs années

Sans surprise, les régions possédant les dettes les plus élevées seront celles qui mettront le plus de temps à rembourser leurs dettes. Seulement, ces données sont valables si les différentes régions concernées mettent la totalité de leurs ressources, une fois les charges obligatoires et courantes retirées, à rembourser la dette. Aucun investissement régionale de prévu donc.

Lorsque l’on compare les deux cartes, les mêmes noms reviennent. PACA, Ile-de-France, Nord-pas-de-Calais et Rhône-Alpes. Le bas du classement ne change pas selon les cartes, des enjeux électorales supplémentaires dont les candidats doivent prendre conscience avant de s’engager sur la route aux régionales. Des promesses électorales coûteuses qui, à chaque mandat, ne feront qu’aggraver la dette et forcer la région à emprunter pour investir. Un cercle sans fin dont les régions devront faire face un jour ou l’autre.

 Guillaume Chagot

 

 

 

Écrit par guillaume chagot