Les pistes pour réduire la mortalité sur les routes de France

L’année dernière en France, 3477 personnes ont été tué sur les routes. (Crédit photo : Pixabay)

Depuis 2014, le nombre de décès sur les axes routiers augmentent, une première depuis 1972. Face à ce constat, le gouvernement prévoit plusieurs mesures pour réduire les nombreux accidents. 

En novembre, 281 personnes ont perdu la vie sur les routes françaises. Un chiffre en hausse de 8,9% par rapport à l’année 2016 où 253 personnes ont eu un accident mortel. Cette statistique a fait réagir au plus haut de l’État. Edouard Philippe, le premier ministre, a exprimé sa détermination.

https://platform.twitter.com/widgets.js

Pour faire face à ce problème, les pouvoirs publics envisagent plusieurs solutions. Notamment de réduire la vitesse de 90 à 80 km par heure sur les routes nationales et départementales. Un comité interministériel se réunira en janvier 2018 pour prendre une décision. À titre personnel, l’homme fort du gouvernement est favorable à cette mesure.

En France, les routes se dégradent depuis 2015 ; un rapport sénatorial dénonce à cet égard la baisse progressive des dotations de l’Etat pour l’aménagement du territoire. D’après l’association « 40 millions d’automobilistes », 47% des accidents sont dus à la qualité de la route ou des infrastructures. 

Pour améliorer l’état des routes, le ministère des Transports fait plancher un comité d’experts sur l’instauration d’une nouvelle vignette qui financerait des travaux. 

Les nouveaux radars déployés

Depuis le début de l’année 2017, les radars embarqués ont fait leur apparition sur les routes de l’Hexagone. Gérés par des sociétés privées, 450 véhicules sont chargés de sillonner la France pour flasher les automobilistes qui ne respectent pas les limitations de vitesse. Les PV sont ensuite dressés par ces mêmes entreprises.

Les pistes de «40 millions d’automobilistes»

De son côté, l’association « 40 millions d’automobilistes » s’est elle aussi engagée pour la prévention routière. Elle a remis en septembre 2017 au ministère de l’Intérieur  son « livre blanc pour la sécurité routière 2017-2022 ». 

Un texte de 21 propositions ou l’on retrouve « l’abandon de la gestion des radars mobiles embarqués à des sociétés privées », « le renforcement des actions de prévention et de sensibilisation aux risques liés à la conduite sous l’influence de l’alcool, en particulier aux abords des établissements de nuit » ou encore « l’abandon du retrait de points sur le permis de conduire pour les excès de vitesse inférieurs à 10 km/h commis hors agglomération ».

 

Antoine Ayral

Écrit par IEJ3B