Les NAC en chiffres

Rongeurs, reptiles ou encore oiseaux tropicaux, les NAC ont envahi les animaleries. Tour d’horizon des ces nouveaux compagnons. 

L’appellation « Nouveaux animaux de compagnie » (NAC) est créée en 1984 par Michel Bellangeon, vétérinaire lyonnais, lors d’une conférence donnée à l’Ecole nationale vétérinaire de Lyon. Année durant laquelle les vétérinaires voient apparaître de plus en plus d’animaux autres que les traditionnels chiens et chats, comme les lapins ou les hamsters. Car si pour la plupart, les NAC désignent les reptiles et autres animaux exotiques, ce sont les rongeurs qui ont été les premiers « nouveaux animaux de compagnie ».

À lire aussi : Alexandre, 19 ans, NAC addict 

Aujourd’hui, bien qu’ils soient difficile à quantifier – les ventes se faisant principalement entre particuliers -, les NAC ont envahi les foyers français. Une augmentation significative qui oblige les vétérinaires et les animaleries à modifier leur activité. Sur les 63 millions d’animaux de compagnie que compte l’Hexagone, plus de 6 millions sont des NAC, dont près d’un million de reptiles.

À lire aussi : Les vétérinaires s’organisent 

Parmi les espèces les plus prisées, on retrouve les furets, les poissons clowns, les serpents des blés et, plus étrangement, les mygales. Des animaux qui, au même titre que les chats et les chiens, représentent un coût financier. Si la plupart des propriétaires dépense moins de 100€ par mois – nourriture, habitat, soins vétérinaires… – certains sont prêts à débourser jusqu’à 1000€ par mois pour leur animal. Quand on aime, on ne compte pas !

À lire aussi : La face cachée des NAC

À lire aussi : La Ferme tropicale : seul point de vente de reptiles à Paris 

Solène Collas, Ariane Ménage, Chloé Le Ribaut

Écrit par chloe.leribaut