Les moments marquants de la première année de Donald Trump

En novembre 2016, à la surprise générale, Donald Trump est élu président des Etats-Unis. En un an, le milliardaire, qui n’avait jamais fait de politique, a marqué les esprits avec son style particulier.

Il y a un an jour pour jour, Donald Trump était élu président des Etats-Unis. Le 8 novembre 2016, le monde entier découvrait avec surprise que le candidat républicain avait devancé sa rivale, Hillary Clinton. Une première année marquée par des discours frappants, des propos jugés choquants et des provocations sur Twitter. Retour sur les moments les plus marquants de la première année du 45e président des Etats-Unis.

Retrait des accords de paris 

Lors de sa campagne, Donald Trump en avait fait une promesse : chose promise, chose dûe. Le président climatosceptique estime que l’accord de Paris est mauvais pour les travailleurs et l’économie américaine.

Tensions avec Corée du nord

Devant l’Assemblée générale de l’ONU, Donald Trump s’en prend avec virulence à la Corée du Nord et menace de la détruire. Connu pour se moquer régulièrement de ses adversaires, le président qualifie alors le dirigeant Nord coréen de « Rocket man » : un surnom qu’il avait déjà utilisé sur son Twitter en référance aux essais nucléaires du pays asiatique.

L’Obama care et le Mur 

Pendant sa campagne pour la présidence et ses premiers mois de mandat, Donald Trump n’a cessé d’affirmer vouloir supprimer l’Obamacare, cette couverture santé fournie à des millions d’Américians. Mais après plusieurs mois de débats au Congrès, la volonté du président d’abroger cette réforme semble s’envoler. De même pour le mur à la frontière mexicaine : Donald Trump en avait fait sa plus grosse promesse de campagne. La construction d’un mur long de 3200 kilomètres est toujours d’actualité mais les 21 milliards de dollars estimés pour les travaux n’ont pas encore été votés par le Congrès.

En un an, Donald Trump a cassé les codes de la présidence américaine avec son style qui tranche radicalement de celui de ses prédécesseurs. Avec une cote de popularité de 37%, il est le président le plus détesté de l’histoire américaine.

 

Elisa PREJEANT

Écrit par IEJ3B

Laisser un commentaire